Hasards-synchronisité-coïncidences

Trois  articles:

Coïncidences « mystérieuses »

Hasard-synchronicité-coïncidences

et

L’humanité vivrait en nous …

Avant propos : (Léa)

J’ai fait le choix d’aborder ces  sujets … surtout, parce que  j’ai découvert qu’ils « tournent »  tous ,  autour de mes « étranges » expériences extrasensorielles que je vis depuis  plus d’une année, avec l’esprit de « Michaël « au quotidien, en synchronicité !

lire  : l’esprit et le coeur…Coeur touché…le Coeur s’impose ..Coeur clair voyant..

°

°

Coïncidences mystérieuses

Alexméro:

Friday, February 18th, 2011

Que pensez-vous des coïncidences présentant un caractère mystérieux, nous laissant un sentiment troublant et indéfinissable ?

Toute coïncidence, comme tout événement d’ailleurs, est chargée de sens. Et chacun de nous attache plus d’importance à certains événements plutôt qu’à d’autres. Une coïncidence mystérieuse est un événement qui laisse présumer qu’il possède une signification cachée. Elle se caractérise par sa synchronicité et exige ainsi l’attention de la personne. On observe différents types de synchronicité, les plus importantes sont celles qui sont décalées dans le temps qu’on appelle des prémonitions, celles qui le sont dans l’espace qu’on appelle de la clairvoyance ou encore les synchronicités qui émergent instantanément dans la pensée de deux personnes sans causes extérieures objectives, il s’agit alors de télépathie. Toutes ces synchronicités donnent accès à une réalité qui dépasse les frontières de la dimension physique et nous éclairent sur l’unité qu’il existe entre les êtres et entre les êtres et toutes les choses. Non seulement ces coïncidences peuvent élargir notre vision et notre compréhension de l’univers, mais elles possèdent en elles également une force créatrice, car le sens qu’une personne donne aux coïncidences qu’elle rencontre engendre forcément une modification dans sa vie future.

, , ,
Posted in Blog / Français |

alexmero.com

000

Hasard-Synchronicité-Coïncidences

°

Les coïncidences signifiantes ou… synchronicités!

Il nous arrive parfois de rencontrer une coïncidence présentant un caractère mystérieux, nous laissant un sentiment troublant et indéfinissable. Il s’agit d’une sorte de «clin d’oeil» du destin que Jung a appelé synchronicité. On dit alors que la coïncidence est chargée de sens, qu’elle est signifiante. Celle-ci se caractérise également par le fait que le psychisme de la personne est plus impliquée que dans le cas d’une simple coïncidence, et, qu’en outre, la probabilité de sa survenue est plus faible. Nous nous sentons alors prendre une certaine importance dans l’immense univers habituellement indifférent à notre modeste personnage.
Jung définit comme suit la synchronicité : coïncidence temporelle sans lien causal entre un état psychique donné et un ou plusieurs événements extérieurs objectifs offrant un parallélisme de sens avec cet état subjectif du moment, l’inverse pouvant aussi se produiree

° Différentes catégories :

Il existe plusieurs catégories de synchronicités en dehors de la définition de base ci-dessus.
On observe des synchronicités décalées dans le temps (prémonitions, dans le cas du futur) ou dans l’espace (clairevoyance ) et qui ne peuvent être vérifiées qu’après coup. De même des synchronicités ont lieu par identité de pensée instantanée entre deux personnes sans événement extérieur objectif (télépathie).
Notons également des synchronicités à présage consistant dans la perception de signes symboliques (souvent des nombres) par une personne, annonçant la survenance prochaine d’événements favorables ou désagréables selon l’interprétation qu’elle en fait et dont elle ignore souvent la nature exacte.
Enfin, il existe des synchronicités multiples, historiques, et généalogiques ou familiales, en particulier chez les jumeaux
° Explication de la synchronicité :
Comment expliquer de telles synchronicités ?
Selon Jung, il existerait un inconscient collectif situé dans une autre dimension hors de l’espace-temps, à la fois mémoire de l’humanité et âme de l’univers, sorte de supraconscience cosmique à laquelle nous serions reliés par notre inconscient personnel.
Dans cet inconscient collectif se constitueraient des «centres d’énergie psychique potentielle» appelés archétypes. Ceux-ci sont neutres et ne deviennent bons ou mauvais qu’en contact de la conscience de l’individu.

°  Le rôle des archétypes :

Bien qu’ils soient insaisissables en eux-mêmes, on peut classer les archétypes de la façon suivante d’après les idées de Jung :

Les archétypes correspondant à des structures du psychisme : la personna (moi) , l’ombre (inconscient personnel), l’anima (côté féminin complémentaire contenu dans l’inconscient de l’homme)  ou l’animus (situation inverse).

Les archétypes représentant des thèmes, mythes, images symboliques ou rêves de l’humanité, ou encore des modèles de comportement instinctif. Dans un inventaire hétéroclite, citons parmi les principaux : le cosmique, l’ange gardien, le paradis, le conte de fées, le diable, l’enfer, la nuit, la mère, le père, la grand-mère, le vieux sage, le héros, l’homme fort, le séducteur, la femme fatale, la femme idéale, l’enfant, la famille, la bête, la naissance, la mort, l’amour, la haine, l’inceste, etc.

Autres archétypes importants :

les nombres, le Soi.

Situés à la lisière de l’esprit et de la matière, les archétypes catalyseraient (c’est-à-dire créeraient par leur seule présence), le cas échéant, des synchronicités par une relation en miroir entre un état psychique et l’univers objectif extérieur. Celui-ci  renverrait à la personne un reflet de ses préoccupations, ou bien de sa situation présente ou future, sous forme d’événements marqués de symboles synchronistiques.

° Conditions propices à la manifestation de la synchronicité:

Certaines circonstances sont propices à l’émergence de synchronicités, par exemple : les états médiumniques, mystiques, ou modifiés de conscience, les liens affectifs et empathiques très étroits (cas des jumeaux), les situations dramatiques, les maladies graves, les difficultés sociales et familiales, les troubles psychiques, la recherche spirituelle, les créations artististiques, les découvertes scientifiques, les présages d’événements heureux ou malheureux, une aide ou protection archétypale…

Rappelons enfin les coïncidences généalogiques et les rétrosynchronicités historiques (cas de Lincoln-Kennedy, Saint-Louis- Louis XVI, Napoléon-Hitler, entre autres).

° Une hypothèse aux conséquences importantes: 

Le concept de la synchronicité, sorte de hasard signifiant et créateur, aurait de grandes conséquences sur notre vision de l’homme et de l’univers.

Les êtres, les choses et les événements se trouveraient reliés de façon acausale et sous-jacente entre eux par le sens et la ressemblance (au lieu de cause à effet), et avec la totalité de l’univers.

La plupart, sinon l’ensemble des phénomènes PSI et mystiques, qui seraient en fait des synchronicités, pourraient être expliqués. Pas de transmission d’information ou d’énergie physique, mais efflorescence, ou bien corrélation, identité ou unité instantanée et fugitive entre les êtres et/ou les choses.

Une nouvelle approche de l’énigme de la vie et de la mort        deviendrait possible.

La non-séparabilité des particules en physique quantique serait une forme de synchronicité.

° Des coïncidences fondamentales dans l’univers !

De surprenantes coïncidences de type anthropique viendraient confirmer que l’univers semble avoir été conçu de manière à permettre la présence de la vie et de la conscience.

JEAN MOISSET.

A travaillé et écrit des ouvragse sur la Synchronicité. (voir sur le net)

OOO

L’humanité vivrait en nous……depuis le début des temps.

Parce que comme vous je me pose certaines questions , je m’informe sur les sujets, qui me semblent être  en corrélation avec les « expériences  » que je vis depuis un an ! J ai trouvé des choses intéressantes  dans l’article ci-dessous La physique -la paraphysique- la synchronicité . ( Léa)

La vérité fondamentale de notre monde, c’est l’impermanence des choses, des êtres et des collectivités (communautés, sociétés, empires, civilisations, espèces dont celle humaine, etc). L’univers lui-même aura une fin, s’il a eu un commencement (big-bang). Angoissé par la crainte de la mort et la peur du néant, l’homme a toujours rêvé à l’immortalité de son âme survivant à la disparition de son corps physique.

Différentes approches

Les religions chrétiennes nous laissent entrevoir que l’âme demeurerait immédiatement après la mort, soit dans le paradis (éventuellement après un passage au purgatoire), soit dans l’enfer, selon notre conduite lors de l’existence terrestre, la résurrection des corps intervenant à la fin des temps au moment du jugement dernier.

Pour le Judaïsme et l’Islam, le « destin » définitif de notre âme se déciderait plutôt à ce moment-là. Quant au Bouddhisme et à l’Hindouisme, ils ont mis surtout l’accent sur le rôle du Karma et la précarité de notre ego. On doit renoncer à celui-ci en suivant une quête spirituelle visant à nous libérer de l’enchaînement des causes et effets de nos actes et pensées, lequel nous obligerait à nous réincarner et nous maintiendrait dans le monde illusoire des formes et phénomènes (Maya). Les techniques du Yoga et du Zen ont d’ailleurs pour but la libération de notre conditionnement biologique et mental. Ici, l’au-delà n’est qu’une situation provisoire entre deux incarnations, du moins tant que l’être n’est pas délivré de ses chaînes.

Le mysticisme a pour objectif notre union avec Dieu, en nous libérant également de la causalité et de la dualité. Citons encore l’individuation jungienne de nature mystique pouvant très exceptionnellement aboutir à la fusion de notre moi avec l’inconscient collectif (voir l’article : Individuation et Synchronicité publié dans le n¡ 28 de Parasciences, pages 22 à 25).

Parmi les doctrines philosophiques et métaphysiques, le spiritisme apporte une grande espérance au sujet de la survie de l’âme avec réincarnation éventuelle en vue du progrès de chaque entité dans la voie spirituelle à des niveaux de plus en plus élevés. Du côté des scientifiques, certains éminents chercheurs, en particulier Jean Charon (La relativité complexe) ainsi que le professeur Régis Dutheil et Brigitte Dutheil (L’univers superlumineux), ont présenté des hypothèses tentant d’expliquer l’évolution et la destinée de l’homme après son existence terrestre. Il convient de rappeler brièvement l’essentiel de ces hypothèses.

La théorie de la relativité complexe de Charon

Selon Jean Charon, chaque particule, appelée « éon », essentiellement les électrons et les quarks, posséderait à la fois, un « dehors » porteur de ses caractéristiques physiques, et un « dedans » contenant ses propriétés spirituelles situé dans un autre espace-temps. Sorte de micro-trou noir ou micro-univers mental rempli de lumière nouménale à néguentropie croissante, elle présenterait des propriétés psychiques, disposerait d’une liberté de comportement, et mémoriserait de façon cumulative toutes les expériences vécues depuis son origine. Ainsi, notre mémoire acquise et notre mémoire innée seraient accumulées dans les particules (éons) de tout notre corps (ou tout au moins dans celles constituant l’ADN). Notre Moi serait associé au psychisme des particules composant notre corps, dont certaines, venant de différentes parties de l’univers, existeraient depuis très longtemps avant notre naissance. Ce serait toute l’humanité qui vivrait en nous. Il en résulterait un éclairage nouveau sur la notion d’inconscient collectif de Jung.

Chaque éon apparaîtrait ainsi comme une partie d’hologramme ou le reflet de l’univers entier. C’est dans les éons pensants que notre esprit serait contenu. Comme ceux-ci possèdent une vie pratiquement éternelle, cela signifirait que notre esprit existerait depuis le début de l’univers et continuerait après notre mort physique à participer à l’aventure du monde jusqu’à la fin des temps. Au fur et à mesure de l’évolution de l’univers, l’accumulation et l’expansion de la mémoire « éonique » provoqueraient une complexité croissante des structures et une montée du psychisme. Les électrons piloteraient les opérations physiques, chimiques, organiques et éventuellement mentales, à l’intérieur de notre corps et dans tout l’univers. Ils pourraient communiquer entre eux quelle que soit la distance les séparant et auraient la possibilté de dupliquer leur mémoire. Tous les éons, les êtres et les choses seraient reliés entre eux et avec la totalité de l’univers.

L’univers superlumineux du professeur Dutheil

Le concept de l’univers superlumineux est basé sur une interprétation de la théorie de la relativité restreinte et sur l’existence de particules hypothétiques appelées « tachyons », se déplaçant plus vite que la lumière. Ces particules n’ont pas encore été détectées, mais les recherches se poursuivent. Il existerait un second univers symétrique au nôtre où les vitesses seraient toujours supérieures à celle de la lumière. Dans cet univers, la notion du temps n’existerait plus puisque l’on pourrait se déplacer d’une manière instantanée dans le passé, le présent et le futur. » Cet univers, baptisé « espace-temps superlumineux », ne serait constitué que d’informations et de conscience : toutes les informations (passé, présent, futur) et la conscience de toute l’humanité. » Selon cette hypothèse, au moment de la mort notre conscience pourrait avoir accès à l’univers superlumineux. Le temps ne s’écoulerait plus ; le monde spatio-temporel apparaîtrait à la fois local et non local, tout serait en synchronicité, sans causalité. Par ailleurs, il se produirait une identification entre sujet et objet, la conscience ayant, en outre, une connaissance transcendante totale et infinie, sans dégradation entropique. Notre monde sous-lumineux ne serait qu’un hologramme, un reflet appauvri de l’univers superlumineux, lequel serait l’univers fondamental.

L’importance de la non-séparabilité quantique

Toutes ces idées sont fort intéressantes, mais elles reposent sur des théories qui jusqu’à maintenant n’ont pas été prouvées scientifiquement. On remarquera que nos déductions présentent quelques points communs avec les conclusions des recherches ci-dessus.

Nous pensons que la physique pourrait expliquer la survie en nous basant sur le principe de non-séparabilité, le passé de la personne (et peut-être son surmoi – une sorte de conscience du moi devenu le soi) étant conservé dans l’interconnexion quantique inséparable des particules ex-neuronales. La non-séparabilité ou non-localité quantique peut se définir comme suit : lorsque des particules ayant interagi dans un même atome s’éloignent l’une de l’autre, elles conservent la même fonction d’onde (sauf en ce qui concerne leur niveau de pulsation-énergie qui demeure propre à chacune d’elles). Les particules en question continuent d’être en corrélation en réagissant instantanément de façon parallèle, qu’elle que soit la distance qui les sépare, même à des millions de kilomètres ou à des années-lumière. Selon les éminents physiciens Wolfgang Pauli, David Bohm et Paul Davies, la non-séparabilité quantique serait une forme de synchronicité. Il convient d’insister sur le fait que les fractales présentent également un grand intérêt ici.

Une conception quantique et fractaliste

Les neurones de notre encéphale (en moyenne une centaine de milliards) sont des systèmes fractals. Il est possible que la mémoire de notre passé subsiste après notre mort en application du principe de non-séparabilité malgré la dispersion et la séparation des atomes et particules composant ces neurones dans l’espace à des distances parfois très grandes. Cela serait encore plus envisageable si, comme le pensent certains, les neurones en question sont également des systèmes quantiques, et si comme le prétend Karl Pribram, la mémoire est engrangée selon un processus holographique sans localisation corticale précise. Mais cette dernière idée est contestée par la plupart des scientifiques. En outre, des fractales temporelles joueraient un rôle majeur dans la possible résurgence de la mémoire neuronale de ce passé individuel. Il s’agirait d’une sorte de « survivance » indescriptible et paradoxale où l’individu serait à la fois lui-même et la Totalité, ce qui pourrait expliquer la transcommunication, les apparitions, les NDE….

Un aperçu de l’après-vie

A ce sujet, voici de très courts extraits regroupés des expériences de Mère dans le supramental à l’ashram de Pondichéry, résumées par Saptrem dans son livre « Le Mental des cellules » (Laffont, 1981) et qui pourraient se rapprocher de l’état mortel : « C’est un poudroiement d’atomes, un univers presque aussi matériel que notre monde physique, chaque être ou objet étant lumineux en soi. Tout est un, c’est une seule substance qui prend toutes sortes de formes… Toutes les couleurs possibles sont associées par points lumineux sans être mélangées et les changements s’effectuent par des opérations de conscience »…

« Il n’y a plus « quelque chose qui voit », mais je suis et vis une quantité innombrable de choses. » C’est à la fois une perception et une connaissance totale. « Le corps lui-même ne se sent plus limité, il est répandu dans tout. » … et devenu transparent. « On voit en même temps à des milliers de kilomètres et tout près. »… « Le sens du temps disparaît complètement… » C’est un innombrable présent »… « Aucune division entre passé, présent et futur… « Un temps vertical, neuf à chaque seconde « …

Ainsi, tout serait non-séparable, c’est-à-dire en synchronicité. Lors du passage de la vie à la mort, il est possible que chaque entité se remémore sa vie antérieure et que selon sa conduite dans celle-ci, elle se trouve dans un état transitoire allant d’un cadre infernal à une situation paradisiaque avec des stades intermédiaires. Le problème de la morale et l’idée de justice seraient ainsi préservés.

Voir aussi les expériences des mystiques et la conversion d’André Frossard. Il est tentant d’expliquer la présumée ou prétendue réincarnation par les fractales temporelles selon une alternance de vie et de mort. L’entité « réincarnée » à chacune de ses renaissances serait autosimilaire, c’est-à-dire à la fois elle-même et pourtant différente à un autre niveau, une sorte d’évolution en spirale ?

La transcommunication électronique

et les contacts avec l’au-delà

Il faut reconnaître que les résultats obtenus en transcommunication électronique sont troublants. Ces contacts confirmeraient que les morts se retrouvent hors de notre espace-temps. Ainsi nos proches parents et amis décédés seraient à la fois à des distances incommensurables et tout près de nous, un peu comme dans les expériences de Mère. La réception des messages et des images pourrait s’expliquer par une catalyse PSI inconsciente de nature archétypale dans le psychisme de l’opérateur. Cette catalyse créerait un effet miroir et l’imprégnation des bandes magnétiques. L’opérateur (parfois un médium) se trouvant peut-être occasionnellement en état modifié de conscience, projetterait un reflet de ses préoccupations qui lui reviendraient sous forme de messages ou d’images. Le support électronique ou l’instrument reflétant faciliterait la réplique miroir synchronistique de la personne disparue. Mais exceptionnellement, des contacts et des phénomènes PSI (apparitions, hantises…) pourraient le cas échéant se produire spontanément par un processus inverse à partir du défunt.

Des extrapolations risquées

Il va sans dire que toutes nos extrapolations, notamment au sujet des conséquences de la physique quantique et des fractales sur la conservation et la réactivation de la mémoire individuelle après la mort, sur la réincarnation et la transcommunication, sortent du cadre de la science et peuvent naturellement donner lieu à des critiques et des controverses. Notre modeste exploration n’apporte donc aucune certitude sur la réalité d’une vie après la mort. Seules l’intuition, la synchronicité et surtout la transcendance, l’identification, la réalisation spirituelle, l’illumination pourraient lever un coin du voile qui cache ce mystère impénétrable dépassant l’entendement de notre ego.

Les révélations du Tao et du Vedanta

A notre avis, et là nous pénétrons sur un plan mystique et métaphysique, l’individu doit renoncer à son ego pour accéder à l’immortalité. Notre ego fait partie en effet du monde des formes et phénomènes, de la dualité et de la causalité. Au moment de la mort, il est possible qu’il soit métamorphosé, échappant ainsi à une annihilation complète. En réalité, ce n’est pas nous qui vivons, c’est Dieu, l’ætre absolu, qui vit en nous. Chacun de nous serait potentiellement la Totalité de l’univers. Ceci risque de paraître extravagant, voire délirant, mais c’est un peu comme la partie d’un hologramme qui peut reconstituer l’image entière, la première cellule de l’embryon qui est potentiellement le futur être adulte, ou encore la vague, forme fugitive des flots, qui est aussi l’océan. Comme dans le paradis d’Indra, où un réseau de perles est agencé de telle façon que quand on en regarde une, on y voit le reflet de toutes les autres ; de même, chaque partie du tissu de l’univers n’est pas seulement elle-même, mais implique toutes les autres, et est en fait toutes les autres. (Selon le Tao de la physique de Fritjof Capra, Sand 1985). Pour Jung, c’est ce que la mort doit nous apprendre si nous ne l’avons pas compris dans notre vie. Le physicien David Bohm allait plus loin lorsqu’il affirmait que chaque particule est un reflet de la Totalité fondatrice. L’univers posséderait un ordre global indivisible et acausal de nature fractale. Une influence omniprésente ferait que chaque partie serait un reflet du Tout, et que le Tout refléterait chaque partie. Voila le message de la synchronicité, du Vedanta* et du Tao qui recouperait les expériences de Mère et nous donnerait un petit aperçu du grand secret.

0

°

 

11 commentaires pour Hasards-synchronisité-coïncidences

  1. Marjery dit :

    Bon hier soir dans le livre de Jermaine il y avait l’explication sur la numérologie de Michael et j’ai découvert un truc me concernant c’est certainement le fruit du hasard mais bon. Avant petit rappel sur sa numérologie pris dans le livre:

    Michael était le 7ème enfants son premier prénom comportait 7 lettre et le chiffre 7 etait son favorie. Ainsi en numérologie son nom est 777. C’est le jackpot. Les trois sept sont execptionnels. C’est le chiffre qui n’apparait qu’une seule fois dans la Bible.

    En lisant ça hier je me disais « hannn c’est dingue ! » du coup dans le feux de l’action je me suis mise a compter les lettres de mon prénom : Marjery 7 lettre, née le 25 Juillet 7 ème mois de l’année, et le chiffre 7 est aussi mon chiffre favoris quand je joue avec mon père au tiercé je le met a tout les coup et très souvent il sort dans les arrivants. Donc 777 tout comme Michael c’est le Jackpot.
    Ce matin je me réveil tout exciter a l’idée d’y penser tout simplement parce que je suis contente d’avoir la même numérologie que lui. J’avais jamais fait attention.

    Bon voilà je voulais en faire part ici Léa.

    • magicmichael dit :

      Une autre bonne raison pour te sentir proche de lui …le « 25 » …2+5 =7
      En ce qui concerne le chiffre chance 7 …faut savoir que c’est celui de la plus part des gens , avec le « 3 » !
      Et bien Marjery …voilà de quoi te mettre en joie !
      à tout bientôt !

      • Marjery dit :

        J’en ai parlé a mon père ce midi. Ouai parce que j’ai pas arrêté d’y penser de toute la matiné. Et mon père m’a dit  » Ça change quoi pour toi ? Ouai parce que ton Michael ça lui a pas porter chance. »
        Bon j’ai répliqué en lui disant qu’il a eu une sacré carrière artistique alors pour quelqu’un qui n’a eu de chance…
        Forcément si il se fie qu’a la fin. J’aimerai bien savoir ce que signifie l’alignement du chiffre 7 dans la numérologie il doit bien y avoir une explication. Mais d’un autre coté j’ai pas trop envie de savoir non plus. Moi je fais pas partis des gens qui aime qu’on lui dise de quoi son destin sera fait. En sommes je vie au jour le jour. N’empêche avec mes histoires j’ai donné envie a mon père de faire un tiercé ensemble et là je compte bien sortir tout fière de moi mon beau chiffre 7. Tien tu vois pour le 25 j’avais même pas fait gaffe heureusement que tu m’a fait la remarque. Par contre j’ai remarqué que le lundi et le jeudi là ou je gare ma voiture sur le parking j’ai vu ce matin que je la mettais sur l’emplacement n°7. Décidément ça me poursuit ! mdr

        • magicmichaelLéa dit :

          Ce chiffre se etrouve dans l’inconscient collectif…car il est aparenté à beaucoup de chose depuis le debut des temps ..;du coup, il est devenu un chiffre qu’on repère et dont on peut se sevir comme porte bonheur …ou pas ! Tout comme le chiffre 13 ! le chiffre 7 est souvent relié à une recherche intérieur ..;en religion, on le retrouve beaucoup Marjery !
          °
          7 (sept) est l’entier naturel suivant 6 et précédant 8.

          Un nombre hautement symbolique chez les chrétiens car c’est le nombre de jours avec lesquels Dieu a créé le monde, etc.
          Le nom collectif: « les Sept », des sept premiers diacres ordonnés par les apôtres (cf. Ac 6,1-6).
          Le nombre d’ayat dans la sourate al-Fatiha.
          Le nombre de cieux dans la tradition islamique (voir Miraj). D’où le fameux septième ciel…
          Le nombre de sphères dans le système de Ptolémée.
          Le numéro atomique de l’azote, un non-métal.
          Le nombre de périodes, ou de lignes horizontales des éléments, de la table périodique.
          Le nombre d’atomes de carbone de l’heptane, un hydrocarbure.
          Le nombre traditionnel des Sept merveilles du monde.
          Sept est vu comme un nombre chanceux dans beaucoup de cultures occidentales, et dans la culture japonaise. Dans les cultures occidentales, il est considéré chanceux car les nombres 3 et 4 ajoutés ensemble donnent 7. Ces deux nombres sont chanceux, donc 7 est super chanceux.
          Le nombre de jours dans une semaine.
          Le nombre de péchés capitaux : luxure, avarice, envie, orgueil, paresse, gourmandise et colère.
          Le niveau de pH neutre.
          Le nombre des âges de l’homme dans lesquels William Shakespeare divisa une vie humaine.
          Le nombres de nains dans le conte Blanche-Neige et les sept nains.
          Le nombre de lieues que l’on peut parcourir en une seule enjambée dans les contes grâce aux Bottes de Sept Lieues
          Le nombre figuratif de mers.
          Le nombre figuratif des continents.
          Le nombre de couleurs de l’arc en ciel.
          Le nombre de principes de base du Bushidō.
          Le nombre de têtes de la bête de l’Apocalypse, et de certains autres monstres, comme l’hydre.
          Le nombre de sommets d’une étoile de sheriff.
          L’indicatif international d’appel téléphonique pour la Russie et le Kazakhstan.
          Le nombre de chiffres d’un n° de téléphone des États-Unis et du Canada.
          Le nombre de sacrements dans la religion catholique romaine.
          Le nombre de segments individuels pour composer un chiffre sur un écran à cristaux liquides (montre digitale, calculette, flipper, …).
          Une partie des noms de :
          du film Sept Ans au Tibet
          du film les Sept Samouraïs
          Au rugby, le numéro de l’openside flanker.
          Au baseball, sept représente la position du left fielder.
          Le meilleur score d’une fléchette de sarbacane sportive.
          Le nombre d’années de mariage des noces de laine
          Années historiques : -7, 7, ou 1907.
          Le n° du département français, l’Ardèche.
          Le numéro de l’autoroute française A7 qui part de Lyon pour atteindre Marseille. C’est la deuxième partie de l’autoroute appelée autoroute du soleil.
          En musique :
          le chiffre romain VII représente le degré de la gamme nommé Sensible, lorsqu’il est distingué VII = majeur, vii = mineur.
          Il existe sept notes dans la gamme diatonique, et donc par conséquent sept tonalités et sept modes principaux.
          Le septième mode est appelé Locrien.
          Lorsque la septième note d’une gamme est ajoutée à un accord parfait, celui-ci est appelé accord de septième.
          Dans la plupart des jeux vidéo Sonic, sept est le nombre d’émeraudes du Chaos.
          Le numéro sept est aussi la somme la plus probable quand on joue avec deux dés : 1+6, 2+5, 3+4 soit 6 possibilités alors que six donne : 1+5, 2+4, 3+3 soit 5 possibilités (3+3 ne faisant qu’une possibilité)… etc
          En numérologie, le 7 représente la Vie intérieure.

  2. Mireille dit :

    Bonjour Léa , je veux dire que je crois beaucoup en la conscience collective . Les mauvaises pensées et les bonnes pensées sont là autour de nous . J’ai lu des récits dans lesquels on explique l’influences de notre pensée sur l’autre et sur notre entourage . Il est vrai que lorsqu’on pense d’une manière positive , cela génère du positif autour de nous . Il y a même des prières collectives afin d’apaiser la maladie ou la peine pour les autres . Je pense que nos pensées se répande comme les ondes de la musique que nous écoutons et qui bien souvent, change notre état d’âme ;
    La musique et la voix de Michaël ,ont le don de nous rendre heureux, tout le monde ressent bien cela , parce qu’il envoie des ondes d’amour nous recevons de l’amour !
    Merci et bon week end

  3. gaelle dit :

    Je viens de lire le petit article d’Alex Méro! Il a un blog intéressant, je suis allée y jeter un oeil. Il semble très curieux d’aller à la rencontre des autres pour avoir leurs opinions sur la vie et pose des questions pertinentes. J’aime bien que les synchronicités reviennent un peu au goût du jour, et si Karl Jung n’avait pas travaillé sur le sujet, elles seraient peut-être restées dans le domaine de l’occulte ou de la superstition! Malheureusement, lorsqu’on parle de prémonitions on pense « voyants », « médiums » et ils n’ont aucune légitimité scientifique! C’est vrai qu’il y a parmi eux des charlatans, mais il existe aussi de vraies personnes, plus discrètes, qui ont une intuition ultra-développée et elles s’en servent de façon raisonnable et désintéressée. Je crois qu’il faut savoir faire la part des choses, car il y a aussi des escrocs parmi les commerçants… partout, ce qui ne veut dire qu’il faut nier l’existence, ni du commerce, ni de la clairvoyance, et encore moins des synchronicités que tout un chacun a pu expérimenter au moins une fois dans sa vie!
    Je vais finir par écrire plus long que Méro! Bon, Léa, tu as compris que je suis très intéressée par le sujet, et je suis sûre que notre ami Pierre Belmarre serait, lui aussi, intéressé par les cas de certaines d’entre nous qui parcourrons ce blog (y compris la « propriétaire » duDit blog)!

    • magicmichael dit :

      Bonsoir Gaelle …la synchronicité est quelque chose que j’ai découvert, suite à mes expériences « avec Michael »
      Je me rends compte à quel point cela semble être un langage !! Je me rends compte qu’il faut être à l’écoute !
      Ne rien provoquer, les vrais messages sont ceux qu’on attend pas ! Notre inconscient lui même tombe des nues !
      Je « m’instruis également sur ce sujet fascinant, de plus en plus !
      A chaque signe, je remercie « celui » qui me l’a envoyé …car j’ai le sentiment profond , qu’il est difficile de « communiquer » avec nous les humains , vivants ! Nous ne sommes pas dans la même dimension !
      J’y reviendrais…car j’ai reçu « un message » me faisant comprendre cela !
      Merci gaelle !

  4. Fred B. dit :

    Un signe est une sorte de repère qui, sans me dicter la marche à suivre, m’indique le chemin à suivre. Je vois les signes comme des lumières qui m’aident à trouver ma voie et à rester sur cette voie, sans empêcher pour autant mon esprit critique et sceptique de poursuivre une quête réelle. La vie est constituée de choix et chaque décision peut ouvrir une nouvelle voie ou en fermer une autre. Les seules voies qui me paraissent intéressantes à suivre sont celles qui nous aident à aller à l’encontre de l’essence de notre sensibilité unique, ces voies qui nous relient chacun à l’univers et nous confirment notre rôle au sein du monde. « Chaque expérience inhabituelle, chaque coïncidence qui nous interpelle peut donc être un signe et un nouveau pas sur une voie qui nous permettra de devenir ce que nous sommes véritablement. »
    (Alex Mero)

    • magicmichael dit :

      Bonjour et merci Fred, J’aime votre commentaire qui j’espère sera un joli message pour le lecteur !
      Je vous suis de près ! Le rôle de chacun dans ce monde et notre lien à l’univers !
      Oui, vous avez raison de dire que nous restons « maître », de choisir notre route, et que la plus « juste » est celle qui nous fait naitre à nous même ! Revenez, je vous prie nous parler du « beau et du haut  » ! Avez vous parcouru mes récits, qui sont chargés de signes !? Je suis allée sur votre blog, et les livres que vous avez écris semblent remplis de riches enseignements ! (alexmeroblog.com) A bientôt .

  5. gazou dit :

    C’est génial, cette théorie de l’univers et nous vibrant à l’unisson! Nous sommes faits de la même énergie, et ces effets de miroir dont parle l’auteur pour décrire les synchronicités ne sont que nous face à cet univers-frère! Bon, Léa, je ne suis pas scientifique dans l’âme, mais dans ce cas-là, la physique me plaît bien! Merci à vous de nous intéresser à ces questions essentielles.

    • magicmichael dit :

      Merci , Gazou de réagir sur les articles Hasards -coïncidences synchronicité …Oui, la science se rapproche de plus en plus de « la spiritualité » , elle prrend l’humain en compte dans sa globalité et dans sa quête de « avant la vie et après la vie  » La science devient « science-fiction » ce qui la rend plus attirante ! Moi aussi, Gazou , tout cela m’intéresse..et j’ai souhaité mettre quelques lectures étonnantes dans cet espace !
      A bientôt Gazou !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s