de la bouche de Michael

1514496_798355066893142_8758143378135380386_n

De la bouche de Michael Jackson

16 août 1992 / Par Glenn Plaskin.

Entre les performances de sa tournée européenne éclair, Michael Jackson a accepté cette rare interview avec Glenn Plaskin. Un émissaire a été envoyé pour remettre en main propre les questions à Jackson en Allemagne après son concert à Munich, après quoi celui-ci a dicté ses réponses, qui ont ensuite été transmises à son agent littéraire à Washington, DC. Les réponses ont été dactylographiées et faxées à Plaskin pour être publiées.

J’aime que, en attirant l’attention, vous vous inquiétez, dans votre nouveau livre « Dancing the Dream », d’un enfant qui pleure en Ethiopie, d’une mouette luttant pitoyablement dans une marée noire, d’un soldat adolescent tremblant de terreur… Pensez-vous que nous soyons devenus insensibles à tout cela ?

« Non, je ne pense pas que nous soyons devenus insensibles à ces drames. Nous assistons à une recrudescence mondiale et à une restauration des valeurs humaines fondamentales, et à une préoccupation du caractère sacré de toute vie sur notre planète. »

Votre livre est rempli de vieille sagesse sur la vie. Pensez-vous être vous-même un philosophe ?

« Je ne pense pas à moi comme un philosophe. Je pense que j’ai un but, comme tout le monde sur terre. Il s’agit de trouver ce but et de vivre pour rallumer cette étincelle de divin qui sommeille en nous. »

Tous les poèmes et les essais dans le livre viennent d’un journal personnel ?

« Je ne tiens pas de journal. Les idées sont en gestation et incubent dans mon esprit. »

Vous dites toujours que rêver est si important. Avez-vous réalisé vos rêves ?

« Non, pas encore. Sans rêve, il n’y a pas de créativité. La création nous vient du mécontentement – du divin mécontentement qui cherche à changer, à transformer, à remplir le monde de plus de magie. Ma priorité dans la vie est de faire une différence, de fouler l’inconnu, un territoire inexploré et de laisser quelques pistes derrière. »

Qu’aimez-vous chez les enfants et comment vous font-ils revivre lorsque vous vous sentez

affligé ?

« Les enfants sont innocents et sans jugement. Ils me font revivre car ils m’aident à trouver l’enfance en moi, sans laquelle je serais perdu. Des enfants, nous pouvons apprendre à aimer, à pardonner, à tout recréer et à guérir le monde.»

Lorsque vous êtes tout seul, vous sentez-vous isolé ou satisfait ?

« Je sais goûter la solitude. La solitude peut être une expérience difficile, mais la solitude est l’amour et la conscience de toute vie. »

Vous parlez souvent de Dieu et de spiritualité, et vous avez été élevé comme témoin de Jéhovah. Vous considérez-vous comme une personne religieuse aujourd’hui ?

« Je ne me considère pas religieux dans le sens où je ne m’abonne pas à un dogme particulier. Je me considère spirituel car je crois qu’il y a un domaine de conscience où nous pouvons ressentir notre universalité. J’ai lu toutes sortes de littérature religieuse parce que, selon moi, il y a de la vérité dans tout. »

Dans votre article « Confiance », vous écrivez : « Nous pensons que nous séparer des autres nous protégera, mais cela ne fonctionne pas. Cela nous laisse seuls et mal aimés. ».

Vous sentez-vous emprisonné par votre renommée?

« Oui, la renommée peut vous emprisonner. Mais la meilleure part du fait d’être Michael Jackson, c’est que je sais que je peux interagir avec des millions de personnes et que, dans cette interaction, nous échangeons quelque chose.»

Qui est…

« L’amour, c’est exaltant. C’est magique. »

Je parie que vous auriez pu être un grand danseur de ballet. Votre mère a dit que vous pouviez imiter presque n’importe quel mouvement de danse quand vous aviez 5 ans.

Quand vous dansez sur scène, quelle impression cela fait-il et comment travaillez-vous durement pour y arriver ?

« Je danse pour exprimer mon bonheur. Je n’ai pas de pression quand je pratique la danse. Je ressens juste que la danse me traverse. Je suis un instrument qui exprime l’extase. »

Donnez-nous quelques secrets : que mangez-vous, comment vous exercez-vous ?

« Ma vie n’est pas limitée par les régimes spéciaux ou des exercices de chorégraphie. Je m’amuse avec mes amis, ou seul. J’aime voir des films, lire des livres, la danse et parfois ne rien faire. »

Vous écrivez beaucoup sur les animaux. Que pouvons-nous apprendre d’eux?

« Les animaux ne tuent pas par cruauté, cupidité ou jalousie. Et la plupart ne tuent pas leur propre espèce. Nous sommes les seuls animaux qui pillent et détruisent la Terre! Mais nous apprenons, et il n’est pas trop tard. »

En parlant des animaux, après la séquence sexy et violente de la « panthère »…

« Black or White » a créé tant de controverses, les psychologues amateurs ont spéculé que vous aviez laissé sortir d’énormes sentiments de colère au sujet de…

« La colère et la rage sont les préludes à un changement dans la conscience. Si nous ne ressentons pas de la rage devant certaines inégalités et injustices de notre société, il n’y a aucun espoir de transformation. »

Vos vidéos sont des oeuvres d’art, comme des mini-films de cinéma. Voudriez-vous faire des longs métrages ?

« Je vais produire et réaliser de nombreux longs métrages ; des films qui mettent en évidence la magie de la vie, qui divertissent, mais également qui incitent les gens à réfléchir. »

Entre-temps lorsque vous composez des chansons pour votre prochain album, les mots viennent-ils en premier ou est-ce la musique ?

« D’abord j’entends la musique, je sens la danse et ensuite les mots viennent spontanément. »

Dans votre article « Sur les enfants du monde », vous dites que de nombreux enfants ont leur enfance volée. En tant qu’enfant star, avez-vous ressenti cela ?

« Je n’ai certainement pas eu une enfance normale. Mais la magie était toujours là. »

Nous avons tous vu le combat qu’Elizabeth Taylor a mené pour la subvention du SIDA, avec tant de passion et de compassion. Quelle qualité aimez-vous le plus à son sujet en tant qu’ami ?

« Elizabeth a la passion de la vie. Nous devons vivre avec passion. »

Après avoir été un hôte du mariage d’Elizabeth Taylor en octobre dernier, rêvez-vous qu’un jour vous pourriez avoir votre propre mariage ?

« Ma vie est le présent. Et le plaisir de la vie est de faire un pas vers l’inconnu chaque matin. J’attends avec impatience l’avenir quoi qu’il apporte. »

Source : http://articles.chicagotribune.com/1992-08-16/entertainment/9203140099_1_dreams-spirituality-daily-journal

Traduction : Jadzzia MJ /TheDoe pour le MJB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s