Quand les politiques méditeront

Quand les politiques méditeront…

 

Notre civilisation est en crise. Économique, financière, écologique, sociale, morale… Le monde marche sur la tête. Beaucoup de spécialistes s’accordent à dire que tout est à revoir. Et si c’était l’opportunité de faire émerger d’autres fondements, plus spirituels ? Quand les politiques méditeront chaque matin… Grand format.

 

0

 

Imaginez la règle d’or Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse inscrite sur le fronton de l’Elysée, et les accords toltèques sur celui de Matignon. Imaginez que chaque conseil des ministres commence par trente minutes de méditation. Que tout responsable politique, avant sa prise de fonction, doive participer à un séminaire sur la « pleine conscience » ou la psychologie positive. Puis qu’il soit obligé de suivre annuellement une retraite ou une initiation spirituelle, et de s’impliquer comme bénévole dans une action sociale. Impossible, direz-vous, ces gens sont débordés.
« J’ai beaucoup de travail, il faut que je prie une heure de plus », rétorquait Martin Luther King. Car prendre le temps de se recentrer sur son intériorité, de se distancier un moment du flux incessant des activités, surtout quand on exerce des responsabilités, n’a rien de superflu. Pas juste pour aborder les événements avec plus de sérénité, afin d’être moins stressé donc plus productif, mais parce que ces pratiques, neurosciences à l’appui, rendent plus solide, plus clairvoyant, plus créatif. Mieux : petit à petit, elles nous font ressentir notre lien intrinsèque au vivant, ainsi que l’harmonie – et la responsabilité – qui en résultent. Pas du luxe, dans une société dominée par l’envie d’avoir et de pouvoir, la lutte des ego, les postures et le clientélisme.

Crise de sens

Ce n’est pas un scoop : notre civilisation est en crise. Matérialiste, emballée par le « toujours plus, toujours plus vite », elle marche sur la tête. Qui n’a jamais eu l’impression d’être un pion dans un système aussi absurde que cynique ? Qui n’a pas été révolté en regardant des documentaires sur l’état du globe ? Qui n’a jamais eu le sentiment de vivre hors sol, mécaniquement, en passant à côté de l’essentiel ? « Tout s’achète, tout se consomme, tout se périme. L’ensemble du monde est gouverné par la peur et la cupidité. Le progrès n’est attaché qu’au seul bénéfice du conditionnement matériel », se désolent le Dalai Lama et l’ancien résistant et diplomate Stéphane Hessel dans Déclarons la paix. « Alors que nous pensons consommer les plaisirs de ce monde, ce sont eux qui nous consomment et nous consument. Ils nous coupent de la conscience de nos besoins essentiels, ceux qui nous donnent une joie durable lorsqu’ils sont assouvis », ajoute Pierre Rabhi, précurseur de l’agriculture biologique, fondateur du mouvement Colibris.
A force de jouer le jeu d’un système qui nous aliène et exploite le monde comme une marchandise, on en a perdu le sens. Quand on essaie de dénouer le fil, on se rend compte que tout est imbriqué. Les déséquilibres sont profonds. Voire existentiels, puisqu’ils menacent la vie même de notre planète et nous interroge sur ce à quoi on participe. « L’avidité de notre société est liée à un manque », commente Alain Chevillat, fondateur de l’association Terre du Ciel. « Coupé de son intériorité, de son lien au vivant, l’homme a perdu le sens et l’unité de la vie. Il ne peut être en plénitude. »
« Le paradoxe d’Easterlin établit scientifiquement qu’à partir d’un certain niveau de PIB, sa hausse ne fait plus le bonheur », explique Alexandre Jost, fondateur de la Fabrique Spinoza, think-tank consacré au bien-être citoyen. Au-delà d’un seuil, tout ajout de richesse financière expose même à l’angoisse et la dépression, renforce l’individualisme et rend moins heureux. La courbe de consommation des antidépresseurs ne progresse-t-elle pas dans plusieurs pays d’Europe au même rythme que celle du PIB ? « Nous ne savons pas nous contenter de ce que nous avons, parce que d’autres ont davantage. »
Conscients du malaise, beaucoup se tournent vers le développement personnel. Un outil précieux pour mieux se connaître, trouver en soi davantage de sérénité, de force et de joie. « Loin d’être égoïste, ce travail conduit nécessairement à une amélioration de la qualité de nos relations avec les autres et avec le monde », estime le philosophe, sociologue et historien des religions Frédéric Lenoir. « Et nous souhaitons pour le monde ce que nous nous souhaitons à nous-mêmes de meilleur : la paix et l’harmonie. » Alexandre Jost confirme : « Les dernières études montrent qu’au-delà du sentiment de plaisir et de satisfaction, le bonheur réside dans notre relation à quelque chose de plus vaste que nous – les autres, le monde, ou toute autre transcendance ». Le bonheur, « cette résonnance intérieure en harmonie avec le règlement de l’univers », selon Pierre Rabhi…

Sources : INREES

INREES | Quand les politiques méditeront…

0

10 commentaires pour Quand les politiques méditeront

  1. Elisabeth dit :

    Merci Léa pour cet article, le bonheur est à la portée de chacun d’entre nous, car il se mesure à partir de nos capacités individuelles. C’est pour ça que tout le monde le recherche toujours: c’est une mesure de notre capacité de vivre à la hauteur de nos possibilités. Selon les recherches du célèbre Abraham Maslow, c’est même la satisfaction du besoin le plus évolué chez les êtres vivants. Léa Ton article est extra et le commentaire d’Agnès tout autant .

  2. Fanny dit :

    Cet article est impressionnant , mos Dieu comme nos sociétés sont devenues moches , laides;;
    -« Alors que nous pensons consommer les plaisirs de ce monde, ce sont eux qui nous consomment et nous consument. » …Comme cela est vrai !
    Sommes nous aveugles , avons nous baissé les bras ?
    Il faut un réel changement …et celui préconisé dans cet article , me ravit !
    …-« Imaginez que chaque conseil des ministres commence par trente minutes de méditation. Que tout responsable politique, avant sa prise de fonction, doive participer à un séminaire sur la « pleine conscience » ou la psychologie positive! » ….j’adore !
    Merci chère Léa pour ce riche partage . .

  3. Virginie dit :

    Merci Léa, c’est vraiment un excellent article en effet ! J’adore .
    -Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse.-…cela parait tellement simple , pourquoi est-ce si difficile à adopter dans notre vie, chacun doit vraiment réfléchir , i on comprend que chacun doit se regarder dans le miroir et changer …pour que le monde change !
    En plus, changer pour être meilleur, cela donne envie , car nous avons conscience que nous ne sommes pas parfaits et que nous contribuons à faire les conflits à petite échelle et à grande échelle !

    • Léa dit :

      Vous avez raison , chère Virginie, ils nous faut réfléchir …cela semble simple effectivement !
      -« Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse.- »
      Tâchons de voir cela de plus près , avec nos proches, nos relations ….apprenons a être tendre et dévoué avec l’autre comme nous aimerions qu’il soit avec nous !
      Essayons, tentons, vérifions cela à notre propre mesure ! Regardons nous dans le miroir …et changeons pour du meilleur !
      Merci Virginie pour votre mot très fort ! j’apprécie votre partage !

  4. agnes morbihan dit :

    « Le bonheur réside dans notre relation à quelque chose de plus vaste que nous – les autres, le monde, ou toute autre transcendance »…Voilà une phrase que je retiens en particulier car elle me parle ! Très bon article, ça revient à ce que Matthieu Picard disait concernant le fait que d’aimer à flot sur une longue période entraîne une modification de notre cerveau. Je n’ai pas encore eu le temps de me plonger dans la lecture de ce gros pavé très certainement passionnant ! Avant le collectif, il faut commencer par nous même (Man in the mirror)… Ne pas attendre que ça vienne de l’autre mais il faut être honnête, ce n’est pas toujours facile, ça demande malgré tout un effort. Encourageons nous parce que « they don’t care about us »… Merci pour ce partage Léa, ton blog nous pousse sur la bonne voie en douceur…♥ A très vite ! Bisous!

    • Léa dit :

      Merci Agnès …ta réaction à cet article est belle et juste ! Il nous faut prendre conscience que chacun est concerné dans un changement vers un monde meilleur ! N’attendons pas les « élites » traçons le chemin et unissons nous , marchons ensemble, chacun à son rythme , laissant sur notre passage des traces d’espoir et d’amour qui serviront aux autres lorsqu’ils seront prêts ! A quand une pandémie d’Amour sur toute la planète !!?
      Matthieu Picard …..Excellent !

  5. Muriel dit :

    excellent; c’est un article à partager avec tous et que chacun de nous, même les puissants de ce monde devraient metttre en application; nous en serions tous infiniment plus heureux, c’est certain!

    • Léa dit :

      Merci ma chère Muriel …de « motiver les troupes » avec douceur et sincérité …cela donne envie joliment de « te suivre » !!

  6. magicmichael dit :

    Un excellent article …que j’ai bonheur à partager et « conseille » à tous !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s