Qui décide de cela ?

qui décide

Non, je ne sais pas …

Je ne sais pas qui décide de cela, est-ce une partie de moi, mes anges, ou  le dessein du haut ?

Je me lève ce matin avec une sensation physique étonnante…je n’ai mal nulle part, enfin… moi qui souffre terriblement sans relâche dans mon corps depuis quelques mois ! Mais par contre, mon esprit semble effondré, le chagrin est bien là, remonté des abîmes !

Je ne sais pas qui décide de cela ! Le vide est là, en moi et autour de moi, il s’impose, venant me prendre par la main et par le coeur…il me raconte « son histoire chagrin », la mienne !
Il y a des vides qui jamais ne se remplissent, que rien ne comble, pas même le courage … celui-ci semble être là sur mon chemin, émergeant à sa guise, me rappelant comme un ami fidèle, que je me dois de faire avec lui, qu’il sera là toujours à mes côtés !

Ce matin, je me suis levée chagrin…je ne sais pas qui décide de cela !

Léa

 

 

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Qui décide de cela ?

  1. Suzy zymell dit :

    Moi non plus je n’aime pas te savoir dans le désarroi, même s’il est justifié et logique. Oui cela crée un vide quand on reçoit de la famille et qu’ensuite la maison reprend ses habitudes. Je connais bien ce vide aussi.
    Puis c’est un mois difficile pour toi, et te voilà encore plus sensible depuis quelques temps, notamment avec tes amis âgés, probablement que les sensations se cumulent et se bousculent un peu trop vite.
    Rappelle toi, cette métaphore bouddhiste que j’aime : la roue de la vie tourne Lea, en ce moment elle est peut être sur 18h 30 pour toi, mais l’impermanence des choses font que rien n’est figé, tout bouge, alors elle va remonter, cette roue, et sans que ce soit toi qui le decide, elle sera de nouveau sur 12 h.
    Alors comme le dit si bien Muriel avec une aussi belle métaphore, mais plus que accepter, je dirai plutôt accueillir, t’autoriser, à te laisser bercer momentanément dans ce creux, car tu as bien le droit, ma chère amie et comme tu as bien fait de nous le faire savoir.
    Cela aussi est une preuve de courage pour moi, d’avoir cette honnêteté.
    J’espère sincèrement que ces petits mots te réchaufferon le Cœur.
    Je suis en pensées et de tout Cœur avec toi. Mon Amie.

    • Léa dit :

      Merci Suzy, ton mot est douillet … ma conscience sait cela, que les « choses » ne sont jamais figées que la roue tourne , j’ai vérifié cela bien souvent ! J’avais envie de vous faire savoir que le creux de la vague se charge de moi aussi …comme vous autres et que dans cela, nous sommes tous semblables …la différence, c’est vous qui comprenez , connaissant trop bien cela ! Vous voilà donc à me bercer de jolis sentiments avant que je remonte en flèche vers le haut …d’où souvent je partage avec vous des grandes choses !
      J’apprécie chère Suzy …et toi Muriel …ainsi que Marie Christine !!

  2. Marie Christine dit :

    Je n’aime pas te savoir dans le désarroi, tu n’es pas seule au monde, dans ce monde. Ta soeur qui pensait t’avoir apporté un petit rayon de soleil, et je t’ai peut-être plus apporté de la fatigue..BISES

    • Léa dit :

      Non chère Marie Christine, ta visite quelques jours chez moi m’a fait plaisir, j’ai vécu de jolis moments …c’est peut-être le contraste après ton départ qui m’a replongé dans la solitude, pourtant habituelle, qui m’a peut-être remué !
      Les mois de février me remuent à chaque fois, le mois de naissance de mon fils disparu …j’ai beau penser que je « maitrise cela »…rien à faire…je me laisse surprendre par de l’hypersensibilité … ce mois-là qui met mon coeur à vif malgré moi !
      On me dit souvent « courageuse »…mais la vie se charge bien des fois, de me rappeler à ce vide…que rien ne peut combler !
      Merci pour ton mot soeurette !

      • Marie Christine dit :

        Je ne pourrais jamais t’apporter le manque…..mais je suis consciente que ta force de vivre sans Frédéric doit etre très dure à vivre. Rien ne peut le faire vivre mieux que toi….continue à nous remémorer ses joies ses peines. A travers toi…..il vit. Je comprends que ces moments d’anniversaire, de rappels de ton fils sont pendant ce mois de février terribles. Je suis là, si tu veux quand tu veux , si tu veux partager ces moments au tel.bises

        • Léa dit :

          Merci Soeurette pour ce gentil mot plein d’affection …tu le sais, j’ai beau « vivre du beau avec mes anges » …je vis également des grand vides de temps à autres ! J’attends alors que les jours passent et le soleil repointe son nez dans ma vie !

  3. Muriel dit :

    C’est une sensation bien familière que tu décris là, chère Léa et qui surgit comme cela, il faut l’accepter , faire preuve de patience et la laisser repartir comme elle était venue, sans prévenir; c’est cela lorsque ce coeur est open et donc forcément fragile.

    • Léa dit :

      Eh oui chère Muriel…je pense que chacun tout comme moi, connaît cette grande vague qui s’abat sans prévenir …et comme tu le dis , il faut laisser cela repartir comme c’est venue, guetter une autre vague plus douce …plus douce au coeur…car c’est bien cela dont chacun a besoin pour suivre son chemin dans l’amour…de la paix et de la douceur ! Les âmes sensibles se reconnaissent Muriel !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s