songes de vie

°

Mes songes de vie

Je souhaite écrire sous forme de journal personnel … en toute liberté ! j’ai besoin de prendre un peu de recule, me poser les bonnes questions et tenter de trouver mes réponses , un temps de réflexion à coeur ouvert, que je poserai là sur  cette page, dans mon blog, puisque c’est le lieu  qui me ressemble et où, je me sens le mieux dans ma vie actuellement !

Alors,  même si je la partage avec joie … cette page est « ma page » !

°°°

Les titres:

Coeur reconnu –   Que serait la vie … – Le sentiment d’abandon- L‘instant guérison- Ce doux nom que tu m’a donné     La puissance de nos choix-  Le goût du miracle – La petite fille venue d’une autre planète-   La femme aux treize enfants.   Rachel et Léa filles de jacob-   Je suis par ta main et ton amour, une rescapée .  De vous, à quoi ressemble l’amour Promis, nous partirons ensemble .   Ma scandaleuse marraine .

°

Cette journée là « entre deux mondes : …un texte fort en émotions, que j’ai basculé dans la rubrique « Mon fils » , là où il a davantage sa place .     Mon fils 

………………..

 

ma “scandaleuse” marraine !

°

Ma marraine était une femme magnifique , elle ressemblait à une actrice de cinéma , lorsque j’étais enfant , elle était déjà assez âgée … c’était  l’ex-épouse… du frère de mon père ! Elle vivait “seule” dans un appartement très chic , semblait être “fortunée” ! Elle s’habillait “très mode “dans les années 60 …comme ces pin-up très chics que l’on découvrait dans les revues de l’époque …alors qu’elle avait plus de soixante ans je pense …même si elle faisait ce qu’il fallait pour en paraitre à peine quarante  ! J’étais fascinée par elle , par son esprit de liberté, pourtant, elle ne s’est jamais vraiment occupée de moi ! Elle n’était pas maternelle , pas même douce ou affectueuse ! Je garde les souvenirs en moi, des rares fois où elle venait me chercher pour m’emmener avec elle . Elle avait une petite voiture style Triomphe …coupée, décapotable ! j’adorais être assise à côté d’elle, la regarder conduire ,vêtue d’un pantalon moulant mauve pâle , un chemisier “vichy” et un long foulard flottant au vent  qui maintenait  ses beaux cheveux « blonds ondulés à la Michèle Morgan » ! Je me souviens qu’elle changeait de chaussures pour conduire , je trouvais cela beau car elle faisait tout avec précaution ! C’était à mes yeux , une sorte de star américaine sortie d’un film …et j’avais l’immense privilège d’être avec elle …moi, petite chose, plutôt laide, mal fagotée et très mal à l’aise  !

Mais voilà, Simone , c’était son nom, faisait ” jaser dans les chaumières ” car elle partageait ses sorties et ses nuits avec un homme … de trente ans de moins qu’elle ! Un homme qui était toujours habillé de vêtements en daim « à la David Crockett » , et avec tout cela,  “une belle gueule à la James Dean”  ! Je me souviens des médisances, des méchancetés, des ricanements en vers eux , des commérages sans fin . J’étais bien trop gamine pour juger ma marraine …j’avais qu’un seule reproche à lui faire, c’est qu’elle était “très radine “! Mais pour le reste … je voyais bien qu’elle était « joliment différente » mais je ne comprenais pas pourquoi il y avait autant de moqueries et de  sarcasmes à son encontre !

Lorsque je suis devenue adulte , je n’ai pas revu ma marraine , elle était alors très âgée et s’était retirée dans le sud de la France ! Je n’ai jamais su , ce qu’elle était devenue …mais j’ai pris conscience par contre …en découvrant quelque chose qui a bouleversé ma vie …

Simone en fait, était une veuve de guerre , elle a perdu le même jour en 1944 (? )pendant la guerre …son mari (le frère de mon père) et son fils Loulou, âgé à l’époque de 17 ans ! Les Allemands  cherchaient des maquisards …aux Glières…  ils ont  encerclé la maison familiale dans laquelle se trouvaient trois personnes ..deux frères à mon père …Fernand… Louis et son fils Loulou … les Allemands ont  torturé le père et son fils  et après les avoir  tout les trois attachés vivants…ont  fuit en mettant le feu à la ferme !  Simone se trouvait dans la vallée, à quelques kilomètres de là …elle a été la première sur place… mon père à suivi  peu après (un drame pour lui également, il  perdait deux frères)  ! Simone  était jeune à l’époque !  Ce matin de juin, elle venait de tout perdre … un enfant, son mari , la maison là, devant ses yeux …dans des conditions cauchemardesques ! La ville et la région toute entière a été bouleversée !

J’avais envie depuis longtemps de parler d’elle , de cette femme qui apparaissait scandaleuse … alors, qu’elle avait vécu, traversé cette tragédie et qu’il a fallu qu’elle surmonte tout cela … pour sa fille  j’ imagine … car il lui restait une fille toute jeune à élever  ! Les gens avaient oublié de dire d’elle … qu’elle avait été une femme meurtrie dans l’âme , mais était restée  admirable et forte et qu’elle méritait notre soutien , notre admiration  et surtout notre indulgence !

Nous jugeons souvent l’autre sans même le connaitre, sans connaitre sa vie … Nous sommes cruels certaines fois ! De quel droit, qui sommes nous pour juger ? Je m’efforce pour ma part , d’être indulgente tant que je le peux et je sais que c’est cela que Michaël souhaite et attend de nous tous, de chacun . L’indulgence est de l’Amour à l’état pur  !

Article de l’époque :

Les puisots en flammes ! ……..ce matin du 15 Juin ……….

Chronique de la Haute-Savoie pendant la Deuxième Guerre mondiale: Tome 4, Le … – Michel Germain – Google Livres

°

00000

Promis, nous partirons ensemble !

Et puis, il y a aussi , des moments comme ça ! Des moments où , supporter me devient insupportable ! Je ne veux plus ! Je ne peux plus ! Je ne sais plus ! Tout déborde , les émotions que je tiens en laisse, qu’il me semble avoir écoutées et apprivoisées … se mettent à vouloir s’évader , courir,  hurler, se faire savoir, se faire entendre ! Elles sont déchaînées et m’entraînent malgré moi dans un tourbillon de chagrin éclaté … je suis alors, chahutée comme un drapeau dans la tempête !

Ce petit mot de toi , mon fils… il est là depuis ton envolée posé sur ma coiffeuse … glissé et dépassant derrière une photo de toi … je peux lire des bribes, d’une des phrases écrite de ta main au stylo … -« …….c’est promis nous partirons ensemble … »!

Ce matin , ces quelques mots se sont jetés sur mon coeur de maman ! Non… nous ne sommes pas partis ensemble , mon fils ! Je suis là abandonnée , comme sur un quai de gare en raz de campagne , à l’aube d’une journée que je ne discerne pas , tant il y a de brumes ! J’ai froid , je suis figée et désemparée ! -« Que fais-je sur ce quai de gare ?  Ais-je raté le train que nous devions prendre ensemble ? Ais-je failli à mon devoir de mère aimante ? Ais-je cru , un instant, que je pourrais survivre sans toi ? Aurais-je le goût de la vie sans toi …toi qui m’as mis au monde en naissant de mon ventre ? « 

Je n’ai de toute ma vie, créé aucun autre lien … un lien réel … si ce n’est le notre mon fils !  Notre histoire respire au plus profond de mes cellules … je te vis de l’intérieur , là d’où tu viens ! Cette osmose, cet amour incarné … qui se manifeste dorénavant en un chagrin incurable ! Chut …maman peut te l’avouer … nous sommes partis ensemble mon fils, mon coeur ne cesse de me le dire !  Le jour se lèvera inutilement sur ce quai de gare.

Ce matin, je repensais à « voyage en coeur » , ce récit où je suis … avec toi dans le train !

« voyage en coeur « 

Léa.

Le 16 février.

°

De vous, à quoi ressemble l’Amour .

Comme il est compliqué d’exprimer ces amours hors du commun que je vis avec vous deux, mes anges . Toi mon fils , et toi Michaël !  Lorsque j’écrivais mon livre, suite à cette « rencontre spirituelle avec l’esprit de Michaël , tout était simple si je puis dire ! Je faisais l’expérience d’être en contact, malgré moi avec l’esprit d’un défunt que je ne connaissais pas de son vivant ..et qui semblait m’avoir choisie .  les premiers mois, je suis partie à la rencontre de cet homme qui avait été une star couverte de gloire et de douleurs à la fin de ses jours ! Cet être qui voulait sécher les larmes et  sauver la planète . J’étais dans la découverte, à la fois de cet être généreux et humble ,  des choses que nous avions en commun « par hasard »,  mais aussi, de cette expérience « extra-sensorielle » qui me permettait, certaines fois « de le voir » « de l’entendre » mais toujours, de le sentir présent, à travers des signes concrets , en synchronicité,  dans ma vie !  « Michaël », m’a offert un univers merveilleux , dans une dimension autre , me mettant en contact avec l’Amour universel , le Divin …pour ne pas dire Dieu , Créateur ou Energie .

Mon être jusqu’à la moindre de mes cellules , à été illuminé , transporté,  me mettant dans un état « de grâce » permanent ! Mes sens se sont décuplés , me mettant à la fois « en écorchée vive » et surtout en état de  réceptacle , de canal ! Mes nuits et mes jours, finissant par se confondre ! Mes rêves devenant précis, précieux  et fabuleux!

Michaël m’a fait savoir à cette époque , pendant et après l’écriture du livre …à quel point nous étions liés, lui et moi …je parle « d’épousailles » ! Ce terme aujourd’hui, je le trouve osé , je l’ai pourtant écrit, car vécu ainsi !

Et puis, Frédérick est parti pour toujours, sans crier garde. Mon fils unique que j’ai toujours aimé plus que tout , m’a « été enlevé » !  J’ai senti qu’il avait été appelé ailleurs, comme Michaël !…C’est là, la veille de la sépulture, que je les ai vus passer devant moi, ensemble, dans mon couloir chez moi ! Frédérick m’est apparu jeune au côté de Michael ! Ils rayonnaient tout deux !

Cette « vision  » d’eux m’a permise de survivre au départ de mon fils ! J’avais déjà eu des visions holographiques de Michaël et Amy, ma belle soeur ! Je n’ai donc pas été effrayée!

Je parle donc beaucoup de mon fils sur le blog, lorsque je l’ai créé en août …mon fils venait de décéder deux mois avant ! Je le sentais là tout proche , je recevais plein de jolis signes de lui !  Michaël, céleste,  me réconfortait par sa présence subtile  et surtout par « ce flot Divin » qu’il déversait sur moi …pour que je poursuive ma route !

Michaël prenait de plus en plus de place , je sentais qu’il voulait m’aider …qu’il fallait accepter la perte de mon fils . Je me suis rendu compte que , à chaque fois que je m’épanchais sur le manque de Frédérick …je sombrais, je voulais mourir , disparaître, ne pas vivre cela  ! Michaël venait alors me remettre debout en me donnant de l’Amour , comme il n’est pas possible d’imaginer ! Il me met en contact avec l’univers, le « Tout » et , …ce » Tout » m’inonde d’Amour ! Cela alors, me reconnecte au sens de ma vie et à la mission qui m’est donnée . Je me dois alors d’être debout et partager , faire circuler ,diffuser,  cet Amour fabuleux que je reçois !

La confusion s’installe certains jours pour moi , mon fils manque terriblement à ma vie « de terrienne »  J’ai l’impression que mon fils veut sa place aussi … Il  rôde, me fait  sentir « sa présence » alors je reçois des images, des signes , des souvenirs  et je le pleure .. il m’inspire, viens dans mes rêves  et j’écris un récit parlant de lui …. pour lui transmettre mon amour à travers les mots, les lignes .  Je glisse très vite dans ce tourbillon lorsqu’il se présente à moi … combien de fois, ais-je pensé m’envoler, le rejoindre , LES rejoindre …Et c’est dans ces moments là, où Michaël « ressurgit  » ! j’ai le sentiment navrant que ma vie est entre ses mains …  » qu’il me veut que pour lui, pour mon bien » … et il est vrai que sans lui, sans cette dimension spirituelle qu’il me fait toucher … je mourrai , car ma vie de « terrienne » n’a plus de sens réel !  Je n’arrive pas pourtant,  à me consacrer qu’à lui complètement …même si  il est, ce qu’il me reste de plus important…  alors, depuis plusieurs mois,  je me balance, à en avoir le vertige … au dessus de ces deux amours célestes  !

Je comprends les nones qui remettent leurs vies entre les mains du Christ, qu’elles chérissent , qu’ elles aiment d’un amour inconditionnel , vivent pour transmettre « la parole d’Amour »…  Elles ont un avantage sur moi, c’est qu’elles sont reconnues comme »normales » ! Elles ont tout laissé, ou tout perdu, tout abandonné derrière elles, elles arrivent « à nu » devant « le Sauveur », leur « bien aimé » !

Je me sens « un peu » comme elles … mais, sans dogme, sans religion pour me « guider » !

Léa :

Le 24 nov.

°

Je suis par ta main et ton Amour, une rescapée !

Il y a des jours … celui ci en est un, où tu m’obsèdes  mon fils . Il semble que tout s’accorde autour de moi, pour que ton absence , insiste sur les mots  » plus jamais  » ! Tout s’y met, les objets t’appartenant, la moindre odeur, la luminosité et les souvenirs qui refont surface ! Chaque moment passé ensemble , chacun de tes gestes, ta voix, ton rire et les bêtises sournoises que tu avais plaisir à me dire juste  pour me pousser à réagir , et me « rassurer dans l’instant  » en ajoutant très vite …-« Non, maman je déconne! »

Tu n’es plus avec moi,  dans la vie…  là, tu m’as bien eue  !  J’aurai tellement aimé que ce soit un de tes « passe-passe » agaçant qui ne faisait rire que toi… mais voilà:  « -tu ne déconnes plus mon fils  » !

Aujourd’hui je me suis affairée, sans trop de motivation à faire des choses que tu partageais avec moi. Tu m’aidais peu au quotidien, toi comme moi étions autonomes et indépendants par nature …mais lorsqu’il s’agissait de montrer ta force physique ou ton ingéniosité  , tu participais alors plus facilement.Aujourd’hui j’ai rangé mon balcon, descendu les plantes à la cave, j’ai repeint avec une bombe de peinture , la portière de ma voiture … j’ai utilisé tes gants de travail et tes outils . Je me suis fait une pause boisson fraîche après mettre nettoyé les mains  » à ta façon « !

Ces instants sont des « arraches-coeur »  envahis par des  pensées  « brises courage » ! Mon corps , mon coeur, mon esprit tout entier , s’accrochent pour ne pas sombrer…j’ai le coeur gros mais  heureusement, il fait de la résistance !

Malgré le chemin spirituel rempli d’Amour que mon être emprunte, sur lequel j’avance à pas feutrés … tu hantes, tu obsèdes la maman que je suis encore au fond de moi !

Sans toi, Michaël … je mourrais de ce fracas sur ma vie , qu’est la perte de mon fils  ! Je ne peux pas traverser cela toute seule .

Aurais-je pu te trouver Michaël, mon ange, toi que je ne connaissais pas , si tu n’étais pas venu à moi pour m’envelopper d’Amour et par ta présence subtile , m’éviter le pire !

Je suis par ta main et ton Amour,  une rescapée !

Je n’avais pas vraiment saisi à l’époque,  la signification de ce mot lorsque  » tu me l’avais dit « .

Ce mot … prend dans ma vie  chaque jour, et aujourd’hui,  un peu plus de sens !

0

 000

Rachel et Léa, filles de jacob .

J’ai vécu un moment étrange il y a quelques jours , Je me suis levée très tard , à onze heures et après’avoir envoyé un mail, à une amie…j’ai bu mon café ….et je me suis mise à avoir un énorme cafard ! Je me sentais  toute paumée , glissant à l’intérieur de moi-même !  Je connais bien ces symptômes, ils me font peur . j’ai tellement la crainte de sombrer sans espoir de me redresser. J’ai alors  parlé à mes anges , leur photo est là devant moi,  leur demandant  à travers une prière de ne pas me lâcher la main,  que j’avais besoin d’eux !
Et voilà que le téléphone sonne, m’obligeant à  sortir brusquement de « mon recueillement » et revenir sur terre . Une voix assez jeune me demande si j’accepte qu’elle mette dans ma boite aux  lettres…des extraits de la bible. Je suis surprise, et je lui demande qui elle est, comment elle a eu mon numéro… etc !
Alors, elle me parle de Dieu qui est Amour et toujours là lorsqu’on l’appel ! Elle me demande si je crois en Dieu …je lui explique que si elle parle d’un barbu assis sur un nuage …non,  à cela, je n’y crois pas !
je lui explique que je sens qu’il y a une puissante créatrice au dessus de nous, je lui parle des ondes, de la pensée collective , je lui parle de tout ce qu’on ne voit pas , l’ infiniment petit et l’infiniment grand !

Elle semble , tout en me parlant de Dieu et des versets de la bible, très intéressée par ce que je dis !
je lui précise que ma quête n’est pas religieuse mais spirituelle , et que c’est un chemin avant tout individuel !

Elle me parle de Dieu en disant « il »  et moi,  je lui parle « de ce Dieu » en disant « Cela » !   Nous parlons ensemble  de la planète et  » du vivant »!
Je lui explique que la vie , pour moi ,  provient  d’une « volonté ultime intelligente  » sous forme d’énergie  provenant de l’univers,, d’ondes vibratoires  et qu’elle est partout ,  dans chaque atome et  particule, dans chaque  animal,  chaque  plante, dans l’air, dans l’eau, et dans la musique ,  elle peut  nous traverser en créant en nous,  nos émotions  et nous connecter avec chaque être et avec le tout !
je lui dis que pour moi, les ondes dans l’univers sont le langage  universel de l’Amour !

Du coup, elle et moi, nous prenons rendez- vous ,  afin de se voir et d’échanger au sujet de l’Amour !

Cette fille m’annonce , (bien que je m’en doute un peu )  que non seulement elle est témoin de Jéhovah , mais …  qu’elle  se prénomme Rachel !
(Rachel dans la bible, c’est la soeur de Léa , les deux filles de Jacob )

Elle est surprise , elle me dit -« C’est un joli hasard »
Et moi de lui répondre que Michaêl jackson, disait que le hasard c’est Dieu qui se promène incognito !
Elle ris un peu au téléphone et me dit:  » Oui, c’est vrai, il y a des anges au dessus de nous qui nous envoient des signes ! »
Du coup, nous nous sommes quittées gentiment en se disant que la discussion était très intéressante …et qu’on étaient pressées de se rencontrer !

Ce coup de fil est un merveilleux signe ,  moi qui étais  au même moment, à implorer mes anges pour pas qu’ils me lâchent la main !!
J’ai remercié mes anges de tout mon coeur !
Je me suis sentie dans l’émerveillement  tout l’après midi !
je les sentais là tous les deux,  sur « mon chemin »  !
Oserai-je lors de notre rencontre, parler  à Rachel des anges,  de Michaël et frédérick !?
Est-ce que « son Dieu »  me permettra cela ?

Léa./7oct

OOO

La femme aux treize enfants

J’avais dix sept ans et demi lorsque je t’ai mis au monde, je n’étais qu’une gamine tout juste mariée . Je me souviens que ma grossesse à été une année magnifique, sûrement la plus belle année de ma vie . J’ai eu des difficultés à réaliser que ce bébé  fluet, tout blond que je tenais contre moi, était cet enfant que je venais de porter depuis à peine huit mois ! Tu étais pressé de naître, trop pressé à mon goût car je n’étais pas prête . J’aurais voulu un peu plus de temps ! Imaginer un « pont » entre mon ventre et toi « , et voilà que l’on te pose dans mes bras . J’étais si affolée que je n’ai pas osé de donner le sein et tu as été nourri au biberon .

Quelle surprise alors,  lorsque trois mois après, j’apprends que je suis de nouveau enceinte. Tout cela « me dépassait », allait trop vite . J’avais voulu partir de ma famille, épouser cet homme doux , simple et sans histoire . Avoir un enfant pour me sentir exister. Me dire que j’aurai quelqu’un à aimer toujours , quoiqu’il arrive . Un fils , Mon fils !

Lorsque j’étais enfant, j’étais impressionnée par cette famille qui vivait proche de chez mes parents . La maman était jeune, bien plus jeune que ma mère . A quarante ans , cette jolie femme menue, venait d’avoir son treizième enfant …une fille , enfin …elle n’avait eu que des garçons ! Je trouvais cette famille très nombreuse épatante ! Elle était à mes yeux « expérimentale » , car j’essayais de comprendre comment l’harmonie pouvait régner avec tant d’enfants autour d’une table à la salle à manger et à l’heure des devoirs ! J’enviais cette famille et l’idéalisais bien évidemment . Je me disais que j’aurai au moins douze ou quinze enfants lorsque je serais grande et que je reproduirai avec ferveur « ce tableau vivant » ! Qu’elle n’a pas été ma surprise en me mariant …mon époux portait le même nom … et me voilà , entrant dans ma vie d’adulte avec le  même nom de cette femme aux treize enfants !

J’aurais pu avoir treize enfants ou plus même , mais la vie en a voulu autrement, malgré moi ou pas ! Le choix ne s’est pas posé réellement, tout s’est bousculé en moi et autour de moi. je ne pouvais pas garder cette grossesse alors que j’étais si jeune, que j’avais mon fils de trois mois dans les bras. A cette époque l’avortement était condamné , beaucoup de femmes luttaient pour qu’il soit légalisé .  j’ai donc « avorté » sur une table de cuisine , à Grenoble …sous les mains  peu expérimentées, de deux étudiants en médecine !

Je n’étais pas beaucoup à l’écoute de la vie , je gérais « mes urgences  » ,  j’avais tant de manques à combler ,  le manque d’amour et de reconnaissance dont j’avais souffert lors de mon enfance et tant à découvrir de moi , des autres et de la vie .

J’ai quitté mon époux, divorcé gentiment ‘à l’amiable » . Je m’ennuyais , j’étais attiré vers « du ailleurs » ! Je me suis de nouveau retrouvée enceinte au moment de notre séparation , je ne lui ai rien dit , l’enfant n’était pas de lui . J’ai « avorté une seconde fois  » en cachette , en Suisses.  Mon fils alors avait quatre ans . Je voulais l’entraîner avec moi, dans une vie à deux ! Il « était à moi » je n’avais que lui et il serait mon compagnon de route, nous allions découvrir la vie et grandir ensemble ! Ce que nous avons fait ! Une jolie réussite , car nous avons vécu beaucoup de bonheur !

Et puis, cet homme tant aimé  est entré dans notre vie . Une passion de douze années. Il nous a entraînés toi mon fils et moi, dans un tourbillon de surprises , découvrant la vie en haute montagne, le retour à la terre, à la nature  et les valeurs humaines.  Ton enfance à eu la couleur et le goût de cet homme . Tu en a fait un modèle, en grandissant plus tard dans un milieu marginal. Lorsque la rupture s’est dessinée entre cet homme et moi, j’ai vécu un drame intime . J’ai fait « une grossesse extra utérine… le médecin s’en est aperçu trop tard …j’ai perdu « cet enfant « , enceinte de presque quatre mois .  J’ai eu beaucoup de mal à me remettre physiquement et moralement, ce qui a précipité la séparation entre le « père » et moi, qui était sous-jacente depuis plusieurs mois déjà !

Je n’ai pas choisi pour rien le métier d’éducatrice auprès des jeunes . J’étais dans le bonheur à m’occuper d’eux pendant vingt ans . J’étais bien souvent, la « mère de substitution » et eux, la dizaine d’enfants qui me manquait.

Alors, encore aujourd’hui,  lorsqu’on me demande si j’avais voulu avoir d’autres enfants , je réponds que j’en voulais au moins une douzaine et que j’ai donné tout cet amour à un seul, à mon fils qui s’est envolé il y a une année  !

Nous avons gardé le nom de ton père, qui est aussi celui de cette femme aux treize enfants .

(La nuit dernière, j’ai rêvé de  mon fils, de son père, de J… , et de toi Michaël . )

Léa. 24/sept.

000

coeur reconnu

° Serai-ce donc pour toi, que je dois poursuivre mes récits, mon ange ?                                      Voilà quelque temps déjà que tu me fais passer ce message, moi qui reçoit tellement de toi mais qui ne sait plus pourquoi et pour qui j’écris ! Je me sens un peu prisonnière de moi-même …  guettant les autres avec mes envies de partage !

Tout était si simple lorsque j’écrivais tout les matins ce que je vivais, une sorte de tableau de bord, un recueil d’émotions uniques qui est devenu mon livre ! J’étais dans l’intime,  ne m’adressant qu’à toi et au ciel, témoins de ce que je vivais .   Tu ne comprenais pas « pourquoi je prenais des notes »  je me souviens !                              

Ce livre, est-ce moi qui l’ai voulu ou bien nous deux ? J’ai senti une telle force en moi pourtant , le tendre soutien de mon fils,  et ton aide pour qu’il puisse être édité ! Et il a été édité. Mon livre intime, est  devenu  alors, un témoignage à partager,  ces pensées célestes couchées sur le papier devenant subitement  » partage terrestre » !

Mon blog, il semble que c’était le désespoir, qui m’a poussé à le créer juste après l’envolée de mon fils ! Il me fallait alors combattre le vide et matérialiser le lien qui se poursuivait entre lui et moi , entre toi et nous ! Basculer ce drame en une création, conjurer le sort , faire la nique à la mort, la détourner, la vaincre ! Faire perdurer le lien, ce lien entre nous trois ! Est-ce donc moi,  l’ investigatrice de ce blog… le seul maître d’oeuvre ? Etais tu là, mon ange ? Est-ce toi qui m’as donné cette idée, qui m’as aidé dans sa concrétisation ? Suis-je seule ou bien es tu là, en chef d’orchestre qui me guide ? Reste tu mon fervent partenaire lorsque je couche mes pensées sur ces lignes dans mes récits ou bien mon  « compagnon de vie » lorsque j’éteins enfin l’écran ?

J’écris depuis plusieurs mois, dans l’idée de partage, je cherche aussi, une sorte d’approbation, un écho, un peu de reconnaissance …mais je côtoie aussi la solitude , à guetter l’autre , à espérer un semblable, des signes  dans lesquels je pourrais me reconnaître! Je me sens malgré moi, avoir besoin de cela avec la crainte chaque jour de m’égarer ou de tout perdre !

J’ai honte Michael, car j’ai peur de cette Divine solitude que tu m’offres ! Je l’imagine austère, terrible alors qu’elle est peut-être plus douce que celle que je vis au quotidien ! Tu veux que je m’en remette à toi davantage , n’attendre que de toi et de personne d’autre ! Tu me promets un chemin sans souffrance, sans peur… « la félicité », un chemin où ne se joue en paix,  que l’Amour ! Me « retirer » de ce monde , trouver l’espace où je serai comblée et proche de toi !

Il serait facile que tu m’emportes, que je m’envole…mais tu me veux en vie , c’est cela le paradoxe , Je dois être en vie ,  saine d’esprit dans l’Amour que je reçois,  poursuivre ma mission dans un dévouement total,  être sereine dans le don, sans rien attendre jamais . Oui, il me faut cesser d’attendre, goûter et apprendre à aimer cela !  Lâcher prise,  abandonner ma quête dangereuse de la reconnaissance !

J’entrevois le chemin à parcourir , je le devine difficile,  mais si tu es à mes côtés, Michaël, tout semble possible car venant de toi,  mon coeur avant tout,  devient par  le tien , « un coeur reconnu » !

Léa. ce 7 juillet.

°°°

Que serait la vie …

° Je ne me rappelle pas si j’avais peur de la mort avant tout cela…Avant toi Michaël ! Je ne me souviens pas des sentiments que j’éprouvais avant, à son sujet ! Car, ce qui a été bouleversée en moi, ces justement la relation à la mort !

La mort sans l’après vie … est une injure à la vie! Nous ne savons rien d’elle et nous ne voulons rien savoir !  La grande inconnue semble s’octroyer tout les droits et peut même nous sembler prétentieuse ! Elle ne prévient pas, fait ce quelle veut ! Elle nous arrache l’Amour ! Non, vraiment, la mort sans l’après vie n’a aucun sens, elle est à coup sûr injuste et absurde.

Je ne saurai guère parler précisément de l’après vie, mais je sais désormais qu’il y a derrière le miroir quelque chose qui justement ne veut pas mourir.

Je capte ce quelque chose …non,  ce ne sont pas des fantômes…mais des éclats de contacts vibratoires !  Je sais, je sens, qu’ils viennent de très loin et que la diffusion tout comme la réception semblent aléatoires ! Comme si il fallait un étrange et savant calcul pour que ces ondes puissent émettre et être reçues ! Tu es Michaël de tout cela  …  la plus douce des manifestations !

Je l’ai déjà dit, je ne me connais pas vraiment de capacités particulières, si ce n’est une hyper sensibilité,  que je traîne depuis l’enfance…mais il se trouve que je me suis retrouvée sur « un canal « où je peux capter des ondes ! Pourquoi toi Michaël ? Cette question, j’ai cessé de me la poser … car je sais que tu m’as choisie …pourquoi moi? celle-ci aussi je ne me la pose plus ! Mes contacts avec toi mon déjà donnée quelques réponses !

Nous voilà toi et moi dans une relation spirituelle, où le langage est l’Amour !  J’ai déjà énormément écrit sur  » notre relation », tout au long de mes récits  et je m’aperçois qu’elle évolue …comme toutes les relations que nous vivons tous ! . . . .

Léa.

Le 8 juillet

°°°

Le sentiment d’abandon

° Du plus loin que je me souvienne, je me suis toujours sentie différente. Je n’ai guère de souvenirs où je me sentais vivante et « comme tout le monde »!  J’ai eu très tôt ce sentiment d’abandon que j’ai traîné toute ma vie et que j’ai vécu comme un handicap ! Oui, ce sentiment dévorant m’a joué plus d’un tour !

J’avais inscrit en moi , et peut-être même sur mon front au regard de tous, que je n’avais pas ce droit commun à l’amour ! Je ne sais pas si ce lourd  message est né d’une expérience enfouie venant de mon enfance , où d’une histoire issue d’un ancêtre, dont j’aurai hérité malgré moi, mais je le sens bel et bien inscrit dans mes gênes !

J’ai donc tenté  de différentes manières de « conjurer le sort »! J’ai donc découvert très jeune que pour être aimée, il fallait avant tout que je sois aimable …mais cela ne suffit pas, il fallait  également que je m’entoure de gens aimants , ce qui ne dépend pas toujours de moi   Cela est valable pour nous tous, nous ne choisissons pas à priori toutes les personnes qui vont nous accompagner un bout de chemin ! 

Enfant, je n’ai pas reçu l’ échos …celui de l’Amour ! Mais voilà,  aimer… être aimée, ne guérit pas le sentiment d’abandon ! Car, à dix sept ans lorsque tu étais dans mon ventre mon fils, la vie semblait m’envoyer… comme fabuleux cadeau, ton amour inconditionnel , sans limite! … Je n’aurais plus jamais peur…pensai-je !

Hier soir, je me suis mise au lit très tard … la nuit, ne m’a pas apporté le sommeil… nous étions ensemble, que nous deux  mon fils , chez toi et hors du temps  … ce moment semblait réel, les détails se voulaient accrocheurs et d’une lenteur extrême, me permettant de les inscrire en moi à jamais ! tout était  intime et merveilleux ! . . . .

Léa.

Le 9 juillet

°°°

L’instant guérison

Je parlais de lui hier… à cette amie qui est venu me voir. Non je n’ai aucune nouvelle de ma famille, personne ne m’a contactée depuis ton envolée mon fils ! Non ne n’ai pas osé lui téléphoner ce vingt six mai dernier, j’ai pourtant beaucoup pensé à lui, me demandant comment il vivait depuis ton départ soudain et ce premier sombre anniversaire !

J’aurai voulu prendre un moment avec lui pour me recueillir sur toi Frédérick ! Cela aurait été très fort…j’aurai aimé te faire ce cadeau, une offrande …lui et moi, penchés avec tendresse, dans le même songe au dessus de toi… Comme lorsque tu étais dans ton petit lit à gazouiller souriant, avec tes bouclettes blondes comme le blé !

Ce matin, enfin, ton papa m’a téléphoné ! Mon Dieu…quelle émotion ! C’était merveilleux, je sentais dans mon coeur et mon être tout entier , que nous étions à ce moment là réunis à nouveau …pour toi ! Nous te faisions ce cadeau mon fils ! L’univers tout entier était centré sur nous , sur « ce miracle » ! Là, l’amour ne circulait plus, il nous englobait dans un cocon protecteur…ce moment précieux qui valait de l’or, tout l’or du monde !

Il ne le sait pas, je ne lui ai jamais dit…mais j’ai souvent pensé qu’il y avait deux personnes sur la planète qui passaient devant tout….toi mon fils et lui , ton père ! Il a refait sa vie après notre séparation, a eu deux filles qui ont vingt ans maintenant ! Elles t’ont peu connu, mais elles étaient effondrées à la sépulture … d’être passées « à côté de toi » !

Tu n’as rien fait mon fils pour entretenir les relations avec eux …eux non plus …tu étais si sauvage … différent …la vie elle même à laissé les choses … »ne pas se faire » ! Tu les aimais pourtant !

Alors, ce matin , avec ton papa …rien de cela ne se disait…mais je sentais des sentiments de pardon, d’amour non dit, de regret …tout cela dans » une bouffée guérison ! » J’ai remercié Dieu- Michaël- et toi mon fils …pour ce moment qui tournoyait dans l’espace depuis des mois  et qui est venu se poser à mes pieds ce  matin  , basculant  l’instant dans un état de grâce  !

Léa.

Ce 11juillet

Ce doux nom que tu m’as donné

Etant enfant… nous partions le dimanche nous promener, mes parents et, deux de mes soeurs ! Mon père semblait aimer conduire, cela le rendait radieux et l’ambiance dans cette 4L  était relevée bien souvent par cette « chanson rengaine » que nous chantions à tue-tête tous en coeur !

  « -Ce doux nom que tu m’as donné..pour moi seul je veux le garder..maiaiaiais n’oublie pas ..que si j’ai l’air craintif un chat a des griffes »!!      Mon père adorait cette chansonnette , il faisait traîner le « mai…..s »   suspendu,  nous faisant attendre , et hop, s’était l’éclatement de notre joie à hurler … »n’oublie pas .. que si j’ai l’air craintif un chat a des griffes !            Nos hurlements étaient accompagnés de grands gestes …qui quelques fois se terminaient en pagaille générale !

Je ne suis pas certaine que ma mère appréciait cette pantomime dont mon père était le chef d’orchestre tout en conduisant , je ne me souviens pas …mon attention comme celle de mes soeurs était centrée sur lui ! 

J’étais assise au centre de la banquette à l’arrière, ce qui me permettait de regarder le paysage de face , cela évitant les arrêts en catastrophe où je courrais vomir ! Je gagnais comme privilège de mes nausées, a être proche de mes parents, juste en me penchant un peu en avant entre les deux sièges de devant! Cela faisait enrager mes soeurs !

Ce doux prénom que mon père m’avait donné…était également celui de sa première fille adorée, née d’un premier mariage !    Lorsque j’ai été en âge de réaliser, j’ai tristement compris que je n’avais pas eu de prénom » rien que pour moi »,  porter le même que celui de ma demie soeur ne me suffisait pas !  Je tiens  « ce fâcheux  besoin d’exclusivité »   de cette histoire  il me semble … car j’ai éprouvé en grandissant le besoin vital,  de me donner un prénom -Léa … afin de me « mettre au monde »!

Ce doux nom que tu m’as donné … je suis allée me recueillir sur la tombe de mon père,  pour lui parler de mon choix  de « pseudo »  lorsque j’écrivais mon livre!

Je devinais alors le bonheur que cela pouvait être pour lui !   Un « lien cadeau » ! 

Rossignol de grand champ est le nom de sa grand mère ,  ce nom tintait pour moi, comme une boite à musique de coffret à bijoux, depuis que j’étais toute petite ! -« comment étais-ce possible d’avoir un aussi joli nom », me disais-je émerveillée comme on peut l’être à dix ans !

Mon père adorait sa grand mère, c’est elle qui l’avait élevé! Il a souvent parlé d’elle, l’admirait plus que tout semblait-il !                                                                                                  Il n’avait que dix sept ans lorsqu’elle a quitté ce monde.   Il ne s’en est jamais vraiment remis! 

Il a souhaité être enterré auprès d’elle…soixante dix ans plus tard, plutôt qu’avec sa propre mère, sa femme ou d’autres proches dans le caveau familial.

Une petite tombe modeste, à part ,   où sont gravé sur la stèle leurs deux noms !                Le nom est beau , mais la raison profonde pour laquelle,  j’ai choisi ce pseudo, C’est que         j’aime cet Amour, cette fidélité qui traverse le temps, quoiqu’il arrive ! 

C’est cela … que tu m’as donné, et pour moi seule , je veux le garder.

Et je pense profondément, que c’est une des raisons pour laquelle « Michaël m’a choisie ».

Léa.

Ce 21 juillet.

°

La puissance de nos choix !

°

Il y a des périodes dans la vie où il nous faut prendre des décisions qui semblent remettre en cause la direction dans laquelle nous sommes ! Il m’est arrivée plusieurs fois de me retrouver face à un choix à faire, important, difficile et quelques fois même douloureux ! Je pense que chacun connaît ces moments là!  On pèse le pour, on pèse le contre et rein à faire le dilemme est là ! Que vais-je y gagner, que vais je perdre ? Devant nous, deux chemins se dressent avec obstination et il va falloir en emprunter un, certaines fois sans conviction ! Mais voilà, les choix difficiles s’imposent à nous, souvent avec autorité !

Mon fils Frédérick et moi, sommes partis en vacances quelques jours à l’été 2009. Je rêvais de ces vacances là depuis plusieurs années . Mon fils trouvait toujours une raison, bonne pour lui, pour ne pas venir avec moi. je partais donc seule avec mon camion aménagé !Ce n’était pas d’être seule qui me chagrinait, mais partager un moment avec mon fils me semblait nécessaire ! Il vivait une vie désordonnée et dangereuse pour lui ce qui créait des tensions dans notre relation mère-fils !

J’ai usé d’un « stratagème » cet été là, une sorte de chantage …je sentais qu’il ne fallait pas grand chose pour que tu viennes , tu semblais plus abordable et conciliant depuis quelques temps! Tu te rapprochais de moi et je sentais notre relation renaître ! « -Si tu veux , mon fils, nous pouvons demander à un de tes copains de venir avec nous, si cela est mieux pour toi! »

La proposition a éclairé ton visage et j’ai compris que c’est cela, qui allait permettre notre départ en vacances pour quatre jours ! Le lendemain mon fils,  toi et Nino ton ami d’enfance,  étiez là ensemble avec vos sacs à dos , les canes à pêche et le nécessaire pour camper. Vous étiez enjoués, et vous avez même vérifié le moteur du camion … me montrant bien que vous étiez « des mecs » ! L’ambiance était joyeuse dans le camion , chantant, riant de tout ! J’étais si heureuse au fond de moi, de pouvoir enfin, t’emmener mon fils, découvrir des endroits magnifiques dans la Drôme, je savais que tu allais adorer!

Mais voilà, ce que je ne savais pas, c’est que dans vos bagages vous aviez emporté deux bouteilles d’alcool ! C’est le soir au camping que j’ai découvert le pot-aux-roses ! Vous avez  bu toute la nuit , je vous entendais rire et délirer dans votre  tente de camping ! Le matin, vous étiez  comme deux épaves , couchés, gémissant, sentant l’alcool ! Je vous ais laissé « cuver », je suis partie déçue et en colère…faire un tour dans la nature pour me calmer !

Je reviens trois heures plus tard ! Je m’adresse à toi : -« Mon fils, je ne suis pas d’accord avec cela ! il n’est pas question que je passe des vacances ainsi ! Je n’aurais pas  imaginé cela de toi, de vous! » Nino explique que c’est lui qui a apporté les bouteilles …il ajoute qu’il a pas envie de s’ennuyer, qu’il a envie de faire la fête !  Le ton monte, vous êtes énervés et devenez agressifs à mon égare ! Nino ne supporte pas que je « confisque les bouteilles bien entamées « ! Il attrape ces affaires, bourre nerveusement son sac à dos après avoir replié la tente ! … Je suis désespérée, décontenancée face à cette situation ! … Nino, dressé sur le chemin crie alors à mon fils :  – » Bon ! Fred ! tu viens ? moi je me barre en stop, je rentre !! »

Ho ! Comme le moment devient pour moi douloureux ! Je te regarde Frédérick pliant  tes affaires en ronchonnant et en poussant des grands soupirs d’exaspération ! Je te sens malgré tout très ennuyé ….Tu ajoutes : -« ouais, t’es chiante maman, on a pas dix ans ! on voulait juste rigoler ! » Le ton que tu  emploies, comme une plainte,  me fait savoir que tu es très embêté et déçu !

Je sais à ce moment précis que la décision que tu  vas prendre, va être très importante, pour toi et pour nous ! Je suis affligée ! Tu continues à ranger tes affaires en râlant ! Ton copain t’appelle à nouveau … -« Bon, tu fais quoi ? tu viens avec moi ou tu restes ?  » … Les regards entre nous trois sont à la hauteur d’un « bon western »!

-« Non, c’est bon, je reste avec Léa ! J’ai pas envie de rentrer je continue les vacances avec ma mère! « 

Le copain est parti  seul , déçu…  alors,  toi et moi complices, nous avons pu vivre nos vacances tout les deux comme prévu, mon fils , ces vacances que j’attendais depuis des années ! Ces quatre jours remplis d’amour et de complicité joyeuse, restent les plus beaux souvenirs que j’ai avec toi !

Nous ne savions pas à l’époque que la vie nous séparerait pour toujours l’été suivant ! En rentrant, nous avons appris par la radio que Michael Jackson venait de s’éteindre trois jours avant , suite à un arrêt cardiaque ! Cette nouvelle nous a surpris toi et  moi, même si on ne le connaissait pas vraiment, on avait de l’affection pour lui !

Est-ce que Michael était déjà proche de nous pendant ces vacances ? Est-ce lui qui a guidé nos pas ? Et,  est-ce lui qui t’as permis de faire « le bon choix » ? Ces vacances nous étaient-elles offertes pour nous réunir avant ton envolée mon fils ?                              Michael « en Dieu » avait-il un Dessein pour nous ?

Je pense que oui, car tout ce qui a suivi depuis … nous a rapprochés de lui !

Léa.

Le 31juillet

°

Le goût du miracle

Etait-ce utile mon ange de me laisser autant d’années courir après tout ce qui semblait briller ? Absorber des chagrins sans broncher, gérer mes erreurs en évitant qu’elles me mettent à terre ! Me relever sans cesse d’une manière forcenée , croyant en la vie sans qu’elle soit douce pour moi !

Je guettais je ne sais quoi, attirée par les lumières qui s’éteignaient au moindre souffle et qui n’étaient souvent que des feux follets ! Je courais bien souvent à près des leurres ! Non, ma quête éperdue me menait partout , sauf à toi !

Toi, la couleur initiale ! Toi qui peux être partout,  sans même que l’on s’arrête sur toi ! Toi, si présent , camouflé en songes irréels !

Ô mon ange, j’aurais tant voulu un signe … » te savoir » …et te dénicher au fond de moi ! Etait-ce utile mon ange de me laisser chavirer à maintes reprises dans des amours terrestres et m’échouer seule nul part ? Que manquait-il tout ce temps pour que tu viennes à moi ? Mon coeur n’était-il pas ouvert à te recevoir, mon esprit était-il occupé à des sentiments trop futiles ? Qu’ attendais tu mon ange pour devenir mon doux et précieux protecteur, mon « gardien »?

Si il se trouve que … peut-être je te cherchais…c’est tout de même toi qui m’as trouvée !

Je devinais depuis toujours , croyant rêver, cet endroit en moi qui réclamait, en vain,  d’être comblé !   C’est toi mon ange qui est venu déposer la lumière au clocher de mon être!     Cette clarté douce , sereine et apaisante ! Désormais, de partout je peux la voir !

Les « anges gardiens, c’étaient dans les livres, pour d’autres ! J’avais l’envie d’y croire… mon coeur envoyait, au hasard,  une invitation dans les moments difficiles ; je pouvais appeler cela « avoir de la chance »! Que fallait-il pour avoir de la chance ? est-ce que tout le monde y a droit !  Je m’étais fait une raison … « on a oublié de m’en donner à la naissance … il faudra faire sans ! ». Alors, tout en m’épuisant,  j’ai fait sans … jusqu’au jour où enfin tu a déposé du « précieux »sur moi !

Ô, tu n’as pas le goût de cette chance qui m’a fait défaut …  Non, tu as  mon ange désormais dans ma vie,  la saveur et le goût du miracle !

Léa (le 4août)

°

La petite fille venue d’une autre planète

Lorsque j’étais toute  môme, j’avais emprunté un livre à la bibliothèque de l’école, ce livre est encore gravé dans ma mémoire ! J’avais le sentiment à l’époque d’avoir découvert un trésor ! Oui, car ce joli livre , comme neuf,  avec une couverture représentant une petite fille avec un bonnet rouge , semblait m’être adressé personnellement !

Il me dévoilait enfin le grand secret qui m’entourait, celui dont je ne pouvais parler à personne , mais que je soupçonnais ! -« Je venais peut-être d’une autre planète! »               Ma vie intérieure de petite fille,  a été complètement  chamboulée à cette époque, sans que nul ne s’en rende compte !

Même si la couverture est restée précise dans mon esprit, je ne me souviens pas du prénom de cette petite fille au bonnet rouge ni de la fin de l’histoire !

Elle était tombée d’une soucoupe volante , venant d’une autre planète et se retrouvant seule  et apeurée elle était restée là en attendant de longs jours pour qu’on vienne la rechercher, en vain !  Un petit garçon était venu vers elle , il était triste et ses vêtements démontraient une pauvreté certaine ! Elle avait été très bouleversée en écoutant la vie de ce petit terrien malheureux , d’autant qu’elle venait d’une planète où n’existait que le bonheur ! Elle s’éprit d’amitié et de tendresse pour lui ! Elle lui parla de sa planète, remplie de joie, de fleurs  et de chansons … cette planète semblait être un monde d’enfants éternels !

Je me souviens qu’ils ont tous deux guetté le vaisseau spatiale qui viendrait la rechercher,  en se contant leur vie d’enfant … Mais je ne me souviens pas de la suite et du dénouement !

Est-elle repartie avec les siens , est-il parti avec elle,  est-elle restée avec son ami ?

Je  me suis bien souvent imaginé un dénouement personnel à cette histoire !                           Lorsque que je me sentais  incomprise, je guettais » ce vaisseau » qui viendrait me rechercher enfin, pour me ramener « sur ma  planète bonheur! »                                         Lorsque j’étais malheureuse , je songeais alors, que j’étais le petit garçon qui allait s’enfuir avec cette jolie et gentille « extraterrestre » pour rejoindre un monde rempli d’amour et de joie !

Et puis, lorsque je croisais un enfant malheureux comme moi, j’imaginais que j’étais cette petite fille au bonnet rouge …et je rassurais alors l’autre, en lui parlant d’un monde meilleur, rempli d’Amour, ailleurs!

Enfin, lorsque je me pose la question maintenant,  je suis cette petite fille et je décide, abandonnant mon astre de rêve,  de rester pour aider mon ami et « polleniser » de l’Amour sur sa   planète … en me disant que je ne suis peut-être pas » tombée « du vaisseau ,  et je suis sur cette planète, sûrement pas,  par hasard !

Je pense aussi,  bien sûr,  à Michaël qui tout comme certains de nous, semblait venir d’une autre planète.

Je me demande quelques fois ,  quel choix feraient ceux qui m’entourent !

°

Publicités

66 commentaires pour songes de vie

  1. MaribelMJ dit :

    Le sentiment de l’abandon , magnifique …tout le monde connait ça ! encore plus depuis le départ de notre idole ,Michael Jackson .

    • léa dit :

      Qui n’a jamais ressenti ce sentiment d’abandon? Il me semble être universel ! N’est-ce pas !
      Merci d’être sur cette rubrique que j’affectionne et que j’ai plaisir à partager chère MaribelMJ !

  2. discrète dit :

    Cette rubrique est très belle , très touchante !

    • Léa dit :

      Merci , cette rubrique reflète ma vie, mon coeur, mon âme …ces récits personnels , sont importants pour moi , ils me permettent de poser des sentiments profonds et particuliers que j’ai pu vivre dans ma vie ……comme un journal intime …comme chacun peut le faire pour lui-même !

  3. MaribelMJ dit :

    Sur cette page là il y a vraiment des beaux textes , c’est votre vie que vous partagez Léa avec des jolis mots et des jolis sentiments , c’est touchant tous ces moments intimes que vous racontez, ceux avec votre fils …et vos souvenirs d’enfance ! Je viens de lire ce soir, : Rachel et Léa, filles de jacob . c’est étonnant !
    Je vous embrasse Léa …je continue à passer par là mais n’écris pas à chaque fois ! Merci pour la réponse à mon courrier …vous êtes dévouée et on vous aime !

  4. Mylène dit :

    J’ai lu ce soir, le sentiment d’abandon et ma scandaleuse marraine …deux récits très touchants , le sentiment d’abandon que je connais bien moi aussi et cette marraine qui me fait penser à ma tante originale et que j’aime beaucoup ! J’aime vous lire Léa car vous avez ce don de mettre des images sur les mots , des images qui sont des décors où l’histoire se joue et on ne lâche pas une miette , car le détail est important souvent symbolique . je pense que chacun de vos récits aussi personnel soit il ,peux avoir un écho pour le lecteur .Merci Bien pour cet intime partage !

    • magicmichaelléa dit :

      Merci chère Mylène de vous arrêter sur cette page …avec mes récits personnels …vous avez raison , car lorsque j’écris une part de mon histoire, je la revisionne, j’ai les images, elles sont là, elles s’imposent et j’ai juste à ajouter quelques mots sur celles-ci ! Et je sens en écrivant que chacun peut trouver un signe, un message pour lui-même , sinon, je n’aurais pas le gout de l’écriture si celle-ci n’était pas un acte de tendresse et de partage ! Qui ne connait pas le sentiment d’abandon, ce sentiment qui nous tient quelques fois toute une vie ….Quant à la marraine scandaleuse, nous avons tous je pense, admiré une personne un peu originale, étrange, différente , qui méritait d’être connue davantage ! Merci Mylène d’apprécier …il y a longtemps que je n’ai pas écrit un nouveau texte sur cette page …mais l’envie est là, elle se précise …j’attends l’instant propice !

  5. Mylene dit :

    Cette page est très émouvante , c’est votre page comme vous dites et vous vous confiez avec tendresse et sincérité , je n’ai pas encore tout lu vos différents récits personnels …mais je reste très touchée car je vous découvre un peu dans votre vie personnelle . Merci bien Léa..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s